Ahuntsic-Cartierville
10:49 22 juin 2020 | mise à jour le: 22 juin 2020 à 14:27 temps de lecture: 4 minutes

Après la pandémie, des travaux: des commerçants au bord du gouffre

Après la pandémie, des travaux: des commerçants au bord du gouffre
Photo: Laurent Lavoie/Métro MédiaChhina Nawab craint pour la survie du nettoyeur qu’il a lancé il y a une dizaine d’années.

Des commerçants du boulevard Laurentien, à la frontière des arrondissements Ahuntsic-Cartierville et Saint-Laurent, craignent de devoir mettre la clé sous la porte en raison de travaux majeurs réalisés par la Ville de Montréal. L’artère a des allures de champs de mines depuis quelques années.

En 2017, la Ville s’est lancée dans la réfection des égouts et aqueducs ainsi que dans des travaux d’aménagements paysagers pour environ 50 M$ près de la rue Lachapelle, sur un peu plus de 1,5 km. L’objectif est de les transformer en boulevards urbains plus favorables aux piétons.

Après les impacts de la pandémie, qui a engendré des coûts supplémentaires pour se plier aux nouvelles règles sanitaires, la pression s’accentue pour les commerçants coincés au fond d’un stationnement, tout près du Marché C&T.

L’accès en voiture est maintenant impossible en raison des travaux, décourageant la clientèle de s’y rendre.

This slideshow requires JavaScript.

Prêt à tout

Chhina Nawab a lancé son nettoyeur il y a un peu plus de 10 ans. Comptant les clients quotidiens sur les doigts d’une main, il tente aujourd’hui par tous les moyens de convaincre les citoyens de faire affaires chez lui.

«Je peux même amener leurs items à l’autre bout du stationnement, dit-il. Il n’y a aucune autre façon. Je dois survivre.»

Il a même supplié son propriétaire de lui donner un répit. «S’ils continuent de faire des travaux pendant deux ans et qu’ils commencent à faire l’autre côté de la rue, comment vais-je faire? Comment vais-je payer mon loyer», lance M. Hawab, d’un ton exaspéré.

Le long chemin à parcourir donne aussi du fil à retordre à Nirvana Haddad de la boulangerie et pâtisserie Haddad. Sa machine de coupe de pâtes est brisée et elle a dû faire appel à un réparateur, qui a rebroussé chemin.

«Il m’a dit: je ne peux pas me stationner, je ne peux marcher de là-bas avec mes outils», raconte la propriétaire, qui a pignon sur rue depuis plus de 25 ans.

«Personne n’a de réponse claire.» – Chhina Nawab

Changements

Une représentante de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville a informé les commerçants que des changements seraient à venir pour les aider, sans toutefois donner plus de précisions.

«Ils ne nous ont rien demandé. Ils font juste venir, nous dire ce qu’ils vont faire», insiste M. Hawab.

Même incrédulité face aux mesures chez sa voisine, la pâtissière. «Ils nous disent: on va voir ce qu’on va faire, et ils ne font rien, affirme Mme Haddad. Ils rient de nous, je pense.»

Appelée à commenter, la Ville de Montréal rappelle avoir émis une ordonnance pour rendre applicable le Programme d’aide financière aux établissements situés dans un secteur affecté par des travaux majeurs lors de la première phase des travaux.

Elle compte faire de même pour la seconde phase de façon rétroactive entre le 15 juillet 2019 et le 30 janvier 2021.

Le programme est disponible pour les commerçants ayant une perte de bénéfice brut supérieure à 15%. Ils peuvent être éligibles à une subvention allant jusqu’à 30 000$ par exercice financier, calculée selon leur perte réelle de bénéfice brut, explique la Ville.

2021

La fin de la deuxième phase des travaux est prévue pour 2021. La troisième phase du projet est préparation d’avant-projet et implique des travaux d’aménagement sur Lachapelle entre le boulevard Gouin et la rue Salaberry.

Articles similaires