Ahuntsic-Cartierville
18:31 3 juillet 2020 | mise à jour le: 3 juillet 2020 à 18:31 temps de lecture: 4 minutes

Des terrasses fleuriront-elles sur la Promenade?

Des terrasses fleuriront-elles sur la Promenade?
Photo: Amine Esseghir/MétroAvec les nouvelles mesures, il est possible qu’il y ait plus de terrasses cet été sur la Promenade Fleury.

Les bars et les restaurants de la Promenade Fleury bénéficient d’un règlement qui leur permettra d’installer des terrasses à prix modique, soit 50$ pour la saison, peu importe la taille. La mesure se veut une aide directe aux commerçants les plus malmenés par les effets de la pandémie. Encore faudrait-il qu’on les mette au courant.

L’arrondissement veut faciliter l’aménagement de terrasses. En temps normal, le prix du permis est fixé en fonction de la superficie occupée sur le domaine public. Il peut atteindre plusieurs centaines de dollars. Selon les lois, une municipalité ne peut accorder ce genre de privilège gratuitement.

L’arrondissement voulant faire vite pour sauver l’été, les règlements ont été votés en conseil extraordinaire, les 18 et 22 juin. «Si on avait suivi le processus habituel, la première lecture aurait eu lieu le 6 juin, la deuxième en septembre», prévient la mairesse de l’arrondissement, Émilie Thuillier.

La mesure n’est toutefois pas encore arrivée aux oreilles de tous les tenanciers des bars de l’artère commerciale. «On a fait notre demande de renouvellement de terrasse en février. S’il y a eu une réduction de prix, je ne suis pas au courant, relève le gérant du bistro Walter, M. Alain.  S’il y a un retour, je n’ai pas encore reçu de chèque.»

Même son de cloche chez son voisin, Stéphane Bernard, patron du Pourvoyeur gin pub. «J’ai renouvelé ma terrasse à la mi-juin. À l’arrondissement, on m’a dit que j’allais recevoir une lettre par la poste avec le renouvellement et le prix que cela va coûter cette année.»

Espace

Dans les deux cas, même si la mesure est bien accueillie, on considère que c’est insuffisant pour essayer de récupérer les trois derniers mois d’inactivité. «Comme on avait déjà cette terrasse, ce n’est pas un espace supplémentaire. En fait, j’ai moins de places à cause de la distanciation. J’ai une perte de places de 30 à 40%», observe le gérant du Walter, qui dit comprendre les mesures sanitaires imposées.

Pour compenser, il faudrait augmenter la capacité des terrasses. «Il faut nous donner plus d’espace pour qu’on puisse avoir le même nombre de clients tout en respectant les deux mètres», convient M. Alain, qui aurait souhaité voir la Promenade Fleury piétonnisée.

Un avis partagé par M. Bernard. «S’ils me donnent la possibilité de rajouter sept ou huit tables de chaque côté de ma terrasse, sur la rue, délimitées avec des chaînes ou des cordons, ça m’arrangerait, c’est certain», convient le patron du Pourvoyeur.

Le règlement de l’arrondissement prévoit des bandes de plus ou moins 50m de long, prises sur la voie publique dans les aires de stationnement, pour permettre aux commerces de poser leurs terrasses.

«Les bars et les restaurants ont été les premiers à fermer et les derniers à rouvrir, souligne la mairesse, Émile Thuillier. Ils ne pouvaient pas survivre dans le même espace avec les règles sanitaires.»

Ces mesures seront-elles suffisantes pour sauver les commerces de la faillite? «On peut voir la situation inversement, note Mme Thuillier. On sait que si on n’avait rien fait et que les restaurants rouvraient avec exactement le même espace, nous sommes pas mal sûrs que beaucoup allaient mourir.» Il est résolument trop tôt pour juger des résultats de ces dispositions.

Articles similaires