Ahuntsic-Cartierville
17:36 4 juin 2021 | mise à jour le: 4 juin 2021 à 17:37 temps de lecture: 4 minutes

I’MTL: des jeunes parlent aux jeunes

I’MTL: des jeunes parlent aux jeunes
Photo: GracieusetéYvann veut continuer à transmettre ses messages d’amour et de fraternité aux jeunes.

Ils sont âgés de 15 à 25 ans, ils résident à Ahuntsic-Cartierville et ils sont réunis dans le cadre d’un projet destiné à favoriser l’échange et l’engagement. Ils sont poussés aussi à prendre la parole en public alors que, disent-ils, on ne les entend jamais. Le projet s’articule autour d’une plateforme intitulée I’MTL, prononcé aïe Montreal à l’anglaise.

Il se déploie à partir de la maison des jeunes de Bordeaux-Cartierville. Lancé officiellement le 25 mai, il est en cours depuis mars.

«Le nom a été choisi par les jeunes lors du processus d’élaboration du projet. L’une des volontés dans le projet est le sentiment d’appartenance à la collectivité et au quartier. Ce nom précise donc qu’il s’agit de Montréal et vice versa», explique Manon Martin, intervenante à la maison des Jeunes de Bordeaux-Cartierville.

C’est tout autant un programme de développement personnel qu’un loisir. Il permet d’offrir à travers des ateliers de nouvelles compétences à des jeunes de la génération Z de diverses origines.

À 20 ans, Yvann trouve qu’il y a matière à apprendre. «C’est surtout le fait qu’on nous donne l’opportunité de prendre la parole, notamment les minorités visibles. C’est un moyen pour passer des messages», souligne-t-il.

Pour lui, la crise sanitaire a permis aux gens de retourner à l’essentiel et il y a une leçon à retenir.

«On n’a pas besoin d’une pandémie pour prendre conscience qu’on a besoin de gens autour de nous pour nous sentir bien», affirme-t-il.

C’est autour de cela qu’il articule justement son discours.

Un des volets de I’MTL permet de rencontrer un coach. Yvann a pu côtoyer Steve Daniel, un créateur de contenu émergent. Le programme offre aussi l’acquisition de nouvelles compétences dans l’utilisation des technologies et des médias sociaux.

Yvann a eu l’idée de lancer sa propre plateforme pour continuer justement à s’exprimer.

«Je veux passer encore mes messages et transmettre aux autres ce que je sais maintenant et ce que je vais apprendre au fil du temps», énumère-t-il.

Engagement

À 17 ans, Catherine, résidente d’Ahuntsic, a vu dans le projet une possibilité exceptionnelle d’inclusion des jeunes.

«C’est rare de voir un projet avec autant d’envergure, qui a une firme de communication derrière qui pousse des jeunes à créer une affaire pour des jeunes», décrit-elle.

Même s’il est très localisé pour le moment, elle le conçoit surtout comme un projet montréalais.

Sa rencontre avec Marine Cœurdassier, jeune femme engagée dans le milieu culturel et politique, membre du parlement jeunesse du Québec, en tant que coach a constitué un rendez-vous important.

«Je suis moi aussi une personne engagée et cela m’a parlé. Cela permet surtout d’apprendre sur le parcours de gens qui ont du succès et quels sont leurs côtés humains», relève-t-elle.

Pour Manal, 15 ans, I’MTL c’est la prise de parole en public et le travail en groupes qui sont les meilleurs acquis qu’elle a pu accaparer durant ce programme.

«Je suis le genre de personne qui est toujours de son côté, qui travaille toute seule et j’ai découvert l’avantage d’être en groupe. Quand on est seul, on ne compte que sur soi-même. À plusieurs, il y a d’autres personnes qui peuvent nous donner leur point de vue», convient-elle.

Lors des quelques semaines des ateliers I’MTL elle a pu rencontrer Gabriella «Kinté» Garbeau, militante anti raciste, autrice et surtout connue pour avoir ouvert la librairie Racines à Montréal-Nord.

«En parlant avec elle, j’ai aimé son énergie. Je me suis sentie inspirée par cette personne», confie Manal.

3200

C’est le nombre de jeunes âgés de 15 à 24 ans qui résident à Ahuntsic-Cartierville.

Articles similaires