Ahuntsic-Cartierville

Sept projets pilotes lancés pour consigner tous les contenants de boisson prête à boire

Bouteilles d'eau
Des bouteilles d'eau. Photo: 123rf

Le gouvernement du Québec compte élargir la consigne à tous les contenants de boisson prête à boire de 100 ml à 2 L à la fin de 2022. Sept projets pilotes sont ainsi mis sur pied au Québec, dont deux à Montréal, afin de tester la consignation des bouteilles d’eau, de vin et de spiritueux, mais aussi des cartons de jus et de lait de 100mL à 2L.

C’est au supermarché Maxi Papineau, à Ahuntsic, que le ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, a lancé mardi (le 17 août) le projet «on réinvente la consigne».

C’est à cet endroit que se trouve l’une des sept installations mises en place dans le cadre de cette opération de 1,3 M$ financée par Recyc-Québec, l’entreprise publique de gestion de la récupération et du recyclage.

Le second site de Montréal est situé dans l’ancienne gare «Terminus voyageur» sur le boulevard Maisonneuve, dans l’arrondissement Ville-Marie.

Le projet compte également des installations à Granby, Châteauguay, Trois-Rivières, Mont-Laurier et à Terrebonne.

Chaque projet est différent et permet aux dirigeants des entreprises de boissons d’appréhender les systèmes. L’objectif est de choisir le plus performant avant d’établir une consigne élargie obligatoire dès la fin de l’année prochaine.

Le centre de récupération des contenants de boissons au Maxi Papineau.
14 M$
C’est la somme octroyée par Québec pour développer 42 projets visant l’amélioration de la performance de la province en matière de recyclage des matières résiduelles.

Selon le concept retenu, les consommateurs pourront retourner leurs contenants directement chez les détaillants participants ou les emmener dans des centres de dépôts prévus à cet effet.

Selon les cas, soit des équipements spécifiques seront mis en place pour faciliter l’opération, soit des lieux de collecte seront aménagés et, dans ce cas, l’opération aura recours à de la main-d’œuvre.

Le projet de Ville-Marie, par exemple, est piloté par une coopérative qui fait appel à des personnes qui ont de la difficulté à intégrer le marché du travail.

Selon des chiffres présentés par Recyc-Québec, cette année, 91 % des ménages rapporteraient leurs contenants si la consigne élargie était mise en place.

Les nouveaux contenants visés par l’élargissement de la consigne affichent une forte probabilité de retour, et les bouteilles de vin, de mousseux et de cidre sont les plus susceptibles d’être ramenées par les citoyens.

Articles récents du même sujet