Ahuntsic-Cartierville

À la découverte de Pierre-Paul Pariseau, l’un des meilleurs illustrateurs au monde

"Auto-détermination" est l'une des oeuvres de l'artiste montréalais Pierre-Paul Pariseau exposée à la Maison de la culture d'Ahuntsic jusqu'au 18 septembre. Photo: Anaïs Amoros

L’artiste montréalais Pierre-Paul Pariseau investit, jusqu’au 18 septembre, la Maison de la culture d’Ahuntsic-Cartierville pour offrir au public une expérience visuelle intitulée Complicité avec le hasard.

«Parfois, je pars d’un élément qui me plaît, puis je compose autour de cet élément; par exemple, une partie de photo peut m’inspirer», décrit l’artiste qui a figuré parmi les 100 meilleurs illustrateurs au monde en 2019, selon l’éditeur allemand Taschen.

Et de cela naît le hasard duquel Pariseau puise son inspiration.

Un espace de travail libre, bien loin de ses contrats d’illustration d’articles de magazine, qui laissent moins de place au hasard.  «Là, je lis le texte, je souligne, je ramasse beaucoup d’images en rapport avec le sujet. J’ai une idée plus précise de ce que je fais. C’est différent de mon travail personnel», confie-t-il.

Pariseau définit son travail comme un travail de collage et de transformation numérique. «J’ai beaucoup de tiroirs dans mon atelier remplis d’éléments photographiques, plus au moins classés, décrit-il. Je prends ensuite ces éléments, je les numérise et je les transforme.»

Le travail sur Photoshop est apparu naturellement après avoir débuté avec de la colle et du papier, «à l’époque où il n’y avait pas d’ordinateur».

L’artiste a en effet une trentaine d’années d’expérience dans le métier d’illustrateur. «L’ordinateur permet beaucoup plus de possibilités, poursuit-il. À l’époque, si je voulais qu’un élément soit plus petit, le balancer à gauche, à droite, à l’horizontale, je devais aller faire des photocopies.»

Un artiste lui-même né du hasard

Avant de débuter sa carrière d’artiste, Pierre-Paul Pariseau était étudiant en informatique. Il a même travaillé dans le domaine sans vraiment aimer la discipline. «J’ai toujours été attiré par les arts, je faisais toutes sortes de choses, à un moment je faisais même un peu de peinture, raconte-t-il. J’ai découvert le collage par hasard, en lisant ce que faisaient les surréalistes, comme Prévert. J’étais très inspiré par le courant.»

Pour s’amuser, il découpait de petites images. Son entourage trouvait ça intéressant et l’a poussé à exposer puis, de fil en aiguille, à faire des illustrations de pochettes de disques. «J’achetais des disques, je lisais des magazines avec des images, mais je n’ai jamais pensé qu’il y avait un métier derrière.»

Son désamour pour son métier l’a également poussé à concevoir un portefolio et à le déposer un peu partout à Montréal. «Et ç’a fonctionné, j’ai eu des contrats. Mais j’ai gardé un emploi à côté, je ne pouvais pas vivre de ça dès le début», lance-t-il.

Une exposition jumelée à des animations

Tout au long de l’été, grâce à un don d’affiches du Musée des beaux-arts de Montréal, les enfants du quartier composent une murale qui restera à la Maison de la culture. À travers des ateliers de médiation culturelle en lien avec l’exposition, les enfants s’initient donc à l’art du collage.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Ahuntsic-Cartierville.

Articles récents du même sujet