Soutenez

Andrée Simard privée de soins palliatifs les jours précédant son décès

Andrée Simard, épouse de Robert Bourassa. Date indéterminée située entre 1970 et 1990. Photo: Gracieuseté/Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Andrée Simard s’est fait refuser l’accès aux soins palliatifs durant trois jours dans la semaine précédant son décès, le 29 novembre 2022, a révélé Michelle Bourassa, fille d’Andrée Simard et de l’ancien premier ministre du Québec Robert Bourassa, dans une lettre adressée à La Presse.

Disant ne pas souhaiter « entrer dans les détails », Mme Bourassa confie toutefois que ces jours ont été « extrêmement difficiles ». Elle précise en parler non pas dans le but de faire une plainte, mais plutôt au nom de « tous ceux qui n’ont pas droit de parole dans un milieu intimidant où règne le chaos organisé ».

Au cours des quatre jours précédant la mort de Mme Simard, le 29 novembre 2022, l’hôpital St. Mary où elle se trouvait ne lui a pas administré de sédatifs en continu, comme ce qui est pourtant prévu en soins palliatifs, et ce, pendant trois jours. Elle a pu en bénéficier durant les dernières heures de sa vie, lorsque sa fille a précisé de qui Andrée Simard était la veuve.

Différents spécialistes en médecine contactés par La Presse ainsi que certains proches de Mme Simard et membres de sa famille déclarent tous que l’épouse du défunt premier ministre aurait dû bénéficier de soins palliatifs et de davantage de sédatifs. Le manque de formation des soignants dans les unités non palliatives et les soins palliatifs réservés aux personnes mourantes souffrant d’un cancer sont des explications à la tragédie de la fin de la vie d’Andrée Simard, avancent-ils.

Sonia Bélanger, ministre déléguée à la Santé et aux Aînés, a affirmé sur Twitter avoir demandé au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal de revoir les pratiques de l’établissement pour « qu’une telle situation ne se reproduise jamais ».

Christian Dubé, le ministre de la Santé et des Services sociaux, a quant à lui présenté ses excuses aux proches de Mme Simard, en son nom et au nom du réseau de la santé.

Chaque semaine, une sélection des nouvelles de votre arrondissement.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.