Art de vivre
11:00 31 octobre 2020 | mise à jour le: 30 octobre 2020 à 15:00 temps de lecture: 3 minutes

Mutoïde : une nouvelle microbrasserie à emporter dans Hochelaga

Mutoïde : une nouvelle microbrasserie à emporter dans Hochelaga
Photo: Gracieuseté Cléo Beauchamp-PaquetteLa microbrasserie Mutoïde ouvre demain au 3135 rue Hochelaga.

La microbrasserie Mutoïde, à quelques pas du métro Préfontaine, ouvre aujourd’hui. S’ils ne peuvent pas encore s’attabler dans ce nouveau local, les clients sont toutefois invités à venir acheter leur bière brassée sur place pour la déguster à la maison.

Mutoïde est le projet de trois anciens collègues ayant travaillé en tant que serveurs ou brasseurs pour différentes microbrasseries du quartier dans les dix dernières années. Leur expérience dans l’industrie de la bière, combinée à leur passion commune du produit, les a incités à lancer leur propre affaire, l’an dernier.

«On a trouvé notre local il y a déjà un an et on prévoyait ouvrir au printemps, mais la pandémie a beaucoup retardé le chantier», explique Alex Leduc, l’un des trois entrepreneurs.

Pourquoi «Mutoïde»? «C’est un mot qu’on a inventé, qui représente bien l’image alternative et industrielle qu’on veut donner à notre établissement», explique le copropriétaire Alex Leduc.

Concept adapté à la pandémie

Le retard des travaux n’aura pas été le seul obstacle amené par la pandémie. «On n’avait pas prévu de bières pour emporter dans notre projet de départ, on a dû s’adapter aux circonstances», dit Alex Leduc.

Deux bières sont d’abord disponibles à la vente: une Kellerbier blonde, dite «bière de soif», légère et accessible, ainsi qu’une Pale Ale dite «West Coast», plus houblonnée et plus amère.

Toutes les bières servies à Mutoïde sont brassées sur place et la carte devrait s’étoffer et se diversifier au fil des semaines. Les propriétaires préviennent toutefois qu’ils privilégieront les bières légères, plus appréciées du grand public.

Un lancement serein

Démarrer une affaire en 2020 n’est définitivement pas chose facile, compte tenu des restrictions sanitaires qui pénalisent les commerçants.

«On est confiants, dit Alex Leduc. On va essayer d’attirer le plus de gens possible en présentant nos bons produits sur les réseaux sociaux. En tant que brasserie, on a la chance de pouvoir vendre à emporter, même si on a évidemment hâte d’accueillir la clientèle en salle.»

Il précise qu’au retour à la normale, l’établissement pourrait s’associer avec un restaurant du quartier pour proposer des plats à consommer sur place afin d’accompagner la dégustation des bières.

Articles similaires