Hochelaga-Maisonneuve
12:05 1 juillet 2016 | mise à jour le: 4 juillet 2016 à 15:46 Temps de lecture: 3 minutes

Vélopousse: garder le patrimoine en forme

Vélopousse: garder le patrimoine en forme
Photo: TC Media/Catherine Paquette

Depuis maintenant cinq ans, les animateurs cyclistes de Vélopousse baladent résidents et touristes des places publiques aux lieux historiques du quartier. Pédalant sur des dizaines de kilomètres, ils se font ambassadeurs tant du quartier moderne que de l’héritage patrimonial des anciennes villes d’Hochelaga et de Maisonneuve.

Lancée en 2012 par la Corporation de développement de l’Est (CDEST),  l’initiative des vélopousses a fait découvrir à un nombre grandissant de visiteurs les attraits du quartier.

«Vélopousse a permis un premier lien fonctionnel entre le Parc olympique et le quartier, met en valeur le patrimoine laissé par une bourgeoisie francophone, et en plus fait un lien avec les artères commerciales», souligne le maire d’arrondissement Réal Ménard, qui se dit fier de cette initiative maintenant gérée par la Corporation d’animation des places publiques (CAPP).

Avec pour points de départ la Tour du stade olympique, la Place Simon-Valois et le Marché Maisonneuve, Vélopousse offre trois circuits d’environ 15$ par personne et de 90 minutes.

Les vélopousses permettent de faire découvrir le quartier à l’extérieur du pôle touristique principal qu’est le Parc olympique.

«Une fois que les gens sont sur la rue Sherbrooke et Pierre-de-Coubertin, il faut qu’ils descendent et viennent dans le quartier pour tous les bâtiments historiques», ajoute M. Ménard.

Les visiteurs peuvent découvrir entre autres l’histoire du parc Morgan, héritage d’un riche banquier vivait à l’époque de la Ville de Maisonneuve, et l’histoire de la Caserne Letourneux où pratique aujourd’hui l’Impact de Montréal.

«On a des visites très différentes d’une fois à l’autre. On fait souvent les bâtiments patrimoniaux, mais aussi la rue Sainte-Catherine et Ontario, où on peut parler des commerces et organismes», indique le guide Jules Gagnon-Hamelin.

Ambassadeurs
Les animateurs, tous résidents du quartier, sont formés entre autres par l’Atelier d’histoire Mercier – Hochelaga-Maisonneuve et la Société de développement commercial (SDC).

Outre les passages historiques de leurs visites, les guides disent répondre à toutes sortes de questions sur Hochelaga-Maisonneuve et être appelés à défaire des préjugés.

«Ça arrive qu’on ait des questions notamment sur la pauvreté. On leur explique la situation, et on met de l’avant les actions de tous les organismes communautaires», fait savoir Mathieu Bonneville, ancien guide devenu agent de développement touristique pour Vélopousse.

Financement
Démarré avec l’aide financière de l’arrondissement et du Parc olympique de Montréal, Vélopousse est également accompagné depuis trois ans par le Port de Montréal, dont l’histoire est intimement liée à celle du quartier.

Avec ses 10 vélos en fonction du jeudi au dimanche et sa douzaine de guides, Vélopousse embarque environ 5000 visiteurs par année.

Articles similaires