IDS-Verdun
20:45 25 avril 2017 | mise à jour le: 25 avril 2017 à 22:12 Temps de lecture: 3 minutes

Toutes les écoles de Verdun en mauvais état

Toutes les écoles de Verdun en mauvais état
Photo: TC Media/Archives

La condition des immeubles de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB) ne semble pas s’améliorer. Comme en 2014, Environ 85% des écoles de la CSMB sont toujours considérées comme étant en piteux état. À Verdun, toutes les écoles primaires ont reçu la mention «très mauvais», sans exception.

Sur 120 établissements scolaires listés par Québec, 54 ont hérité en 2016 de la cote en «très mauvais» état contre 49 avec la note «mauvais», selon le plus récent indice de vétusté du ministère de l’Éducation obtenu en vertu de la loi sur l’accès à l’information par TC Media.

En comparaison avec les chiffres de 2014, la proportion d’immeubles en mauvaise posture à la commission scolaire reste sensiblement la même bien qu’on note une mince amélioration de leur état, dans certains cas.

Plusieurs des établissements auront droit à des investissements dans les prochains mois grâce à l’annonce récente de Québec pour la rénovation des écoles.

La CSMB pourra compter sur une aide financière de 44M$ sur les 655 M$ promis à la fin mars par le gouvernement, ce qui lui permettra de réaliser 201 projets dans 74 établissements.

«Ces sommes feront une différence dans nos écoles. Beaucoup de projets de rénovations, environ 340 sont actuellement en cours», indique par courriel la porte-parole de la commission scolaire, Gina Guillemette.

Pas délabrés
Surprise des données, la présidente du Syndicat de l’enseignement de l’Ouest de Montréal, Mélanie Hubert, estime que les écoles de la commission scolaire ne se retrouvent pas dans un état lamentable. «Physiquement, on n’est pas dans des lieux qui sont délabrés», fait-elle valoir.

Mme Hubert croit que la CSMB fait de son mieux pour rénover les établissements avec le peu d’argent qu’elle reçoit en subvention.

«Les millions du gouvernement c’est bien, mais ça ne rattrapera jamais tout le retard [en travaux] qui a été pris durant des décennies», précise-t-elle.

La moyenne d’âge des bâtiments du parc immobilier de la CSMB est de 56 ans, ce qui pourrait expliquer l’indice de vétusté des écoles.

L’indice de vétusté
Les cotes «mauvais» et «très mauvais» ne menacent en aucun cas la santé et la sécurité des élèves. L’indice de vétusté tient compte de la valeur et de l’urgence des travaux à effectuer, selon qu’ils doivent être réalisés dans un délai de un, trois, cinq ans ou plus.

Chanoine-Joseph-Théoret: 70,59%

Lévis-Sauvé: 51,83%

Notre-Dame-de-la-Garde: 65,55%

Édifice Richard (N.-D.-de-la-Grade): 100,00%

Notre-Dame-de-la-Paix: 72,53%

Notre-Dame-de-Lourdes: 52,35%

Notre-Dame-des-Sept-Douleurs: 41,09%

 

 

Articles similaires