IDS-Verdun

Des locataires menacés d’éviction par leur ancien voisin

Des militants contre les évictions abusives se sont déplacés pour lancer un message clair. Photo: Katrine Desautels, Métro

De nombreux militants sont venus appuyer des locataires de Verdun en danger d’éviction. Deux quadruplex de la rue Godin sont en voie d’être achetés par de nouveaux propriétaires qui auraient menacé les locataires de les expulser. 

Wendy Keating habite depuis 30 ans un 5 ½ avec sous-sol qu’elle paie environ 700$ par mois. Sa voisine Suzie Côté habite son appartement depuis 11 ans, un 4 ½ qu’elle paie mensuellement 840$. Les deux mères de famille sont inquiètes d’être évincées puisqu’elles auront de la difficulté à se reloger à Verdun avec les mêmes standards. 

Mme Keating a eu le même propriétaire pendant 21 ans, puis un nouveau propriétaire a acquis les deux quadruplex il y a quatre ans en promettant de ne pas les vendre. «Tout allait bien, et le 1er juin on nous a envoyé un avis disant qu’il viendrait chez nous avec deux personnes qui souhaitent acheter les immeubles», relate Mme Keating. 

Les futurs acheteurs sont des personnes de la compagnie à numéro 10829994 Canada Inc. L’un d’eux a fait parler de lui dans les médias ces derniers mois, lorsqu’un homme de 73 ans s’est suicidé après avoir subi des pressions pour quitter son logement. 

Le propriétaire était un ancien voisin de Wendy Keating. Il aurait déménagé en 2018. «Il a déjà été considéré comme un ami du fait que nos enfants jouaient tous ensemble», mentionne Suzie Côté. 

Les deux voisines savaient que leur ancien voisin et l’acheteur potentiel travaillait comme entrepreneur dans l’immobilier, mais pas qu’il faisait des évictions. Selon Mme Keating, lorsqu’il est entré visiter son appartement, il lui aurait dit que les autres logements avaient besoin de rénovations. 

Mme Keating a demandé si elle pourrait partir temporairement, le temps des travaux, puis revenir habiter son appartement. Selon le récit de la locataire, il aurait fait savoir qu’il avait l’intention de revendre rapidement après avoir acquis les deux immeubles, ce qui constitue un «flip» immobilier.  

Les deux acheteurs potentiels des quadruplex, qui ne sont pas nommés pour éviter la diffamation, auraient évincé les locataires d’une quarantaine de logements de Verdun dont ils sont les propriétaires. 

Je vais faire n’importe quoi pour garder ma maison.

Wendy Keating

Menaces 

Il y a trois semaines, des communications auraient commencé entre les futurs acheteurs et les locataires des quadruplex. L’ancien voisin aurait contacté à deux reprises Mme Côté par l’application Messenger et une autre fois par messagerie texte. 

Ces messages informaient Mme Côté qu’il a fait une offre d’achat, qui sera finalisée le 29 novembre. Il propose à Suzie Côté de la rencontrer pour lui offrir une somme d’argent pour qu’elle quitte son appartement. On ne sait pas quel montant il voulait offrir, cette rencontre n’ayant jamais eu lieu. «J’ai communiqué l’information à mes voisins, en leur disant ce qu’il avait en tête», relate Mme Côté. Par la suite, tous auraient reçu une lettre du propriétaire avec le même genre d’intention.  

Mme Côté et Mme Keating ont été touchées de la solidarité des résidents lors de la manifestation qui s’est tenue le 4 novembre à Verdun. Les militants et les locataires ont déposé une lettre de protestation à la résidence du potentiel acheteur. Cette missive souligne qu’il doit cesser ses communications avec les locataires étant donné qu’il n’est pas encore officiellement le propriétaire. 

Tous les résidents des deux quadruplex désirent conserver leur logement. Wendy Keating et Suzie Côté comptent se battre dans cet objectif. Elles sont prêtes à se présenter devant le Tribunal administratif du logement pour défendre leur cause. 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de IDS-Verdun.

Articles récents du même sujet