IDS-Verdun

Médias sociaux: les élus verdunois surfent sur la vague du 2.0

Photo: Archives Métro

Les élus de l’arrondissement de Verdun ne chôment pas lorsqu’il est question de communiquer avec les citoyens via les réseaux sociaux. Le maire Jean-François Parenteau ainsi que tous les conseillers sont présents, et publient des informations plus d’une fois par jour sur leurs pages Twitter et Facebook.

Bien que tous l’utilisent différemment, l’objectif demeure le même: montrer l’homme ou la femme sous le politicien.

 Jean-François Parenteau, «l’authentique»
Plus qu’un simple outil de travail, le maire de Verdun voit dans les réseaux sociaux un moyen de créer un lien avec les citoyens et de prendre le pouls des problématiques vécues par la communauté.

«Je ne les utilise pas comme un outil de promotion, mais plutôt pour informer les gens, pour rester en contact direct avec eux, soutient-il. C’est une chance incroyable d’avoir accès instantanément à toutes ces informations et aux opinions des citoyens. Je me nourris beaucoup des réseaux sociaux.»

Parenteau affirme qu’il priorise deux aspects dans son utilisation de Facebook et Twitter: l’authenticité et la transparence. Il n’hésite jamais à faire des blagues. «Je ne voulais pas d’une page professionnelle, dénuée de tout sentiment ou d’humanisme. Ce que vous voyez sur Facebook, c’est Jean-François Parenteau, le vrai.»

Le maire se fait par ailleurs un point d’honneur à ne jamais censurer de commentaires publiés sur son mur. Par exemple, le 23 mars, il a créé un véritable débat en publiant sur sa page Facebook une photo du bureau du député provincial de Verdun, Jacques Daoust, en montrant du doigts les étudiants en grève.

À la suite de ce commentaire, plusieurs internautes se sont enflammés, certains accusant le maire de préméditation, d’autres critiquant sans vergogne les étudiants.

«C’est mon devoir de ne pas mettre de l’avant juste mes bons coups.  Devant une critique, j’amène mon point de vue, et je laisse les citoyens forger leur propre opinion. Les Verdunois me disent souvent que cette attitude leur donne confiance au système politique et à la démocratie. Si je peux contribuer de cette manière à abaisser le cynisme ambiant, je n’ai aucune hésitation à le faire.»

Parenteau affirme également avoir été surpris de voir les retombées positives des pages de Verdun et des conseillers dans l’ensemble de l’arrondissement. «Beaucoup de nos employés nous suivent. Lorsqu’il y a des commentaires positifs, par exemple au niveau du déneigement, ça rend nos employés fiers. C’est du renforcement direct.»

 Luc Gagnon, le prudent
Les élus de Verdun, peu importe leur parti, ont tous une page individuelle, colorée par leurs convictions et leurs causes respectives. Alors que certains racontent des anecdotes personnelles et partagent des photos de voyage, d’autres sont plus discrets et s’en tiennent à l’essentiel.

C’est notamment le cas de Luc Gagnon, conseiller de l’opposition à Verdun, qui fait un usage davantage professionnel des réseaux sociaux. «Pour moi, c’est le meilleur moyen de créer un grand réseau de contacts. C’est beaucoup plus facile que lorsqu’on devait aller manger au restaurant pour s’échanger nos cartes d’affaires.»

Gagnon prend également le pouls des citoyens via les nombreux messages et commentaires qu’il reçoit, et affirme que les réseaux sociaux ont complètement changé la manière de faire de la politique. «Les résidents sont nos yeux sur le terrain. Ils passent directement par les réseaux sociaux pour nous aviser de problématiques qui auraient aisément pu passer sous le radar autrement. »

Le conseiller demeure toutefois prudent. Devant les risques de dérapage que comportent certains débats, il choisit de s’effacer afin de ne pas alimenter les propos haineux ou impertinents.  Il évite également de partager sa vie personnelle.

Articles récents du même sujet