LaSalle
15:58 10 février 2020

Un LaSallois sous l’étiquette de Bob Marley

Un LaSallois sous l’étiquette de Bob Marley
Photo: GracieusetéJonathan Émile compte lancer prochainement un disque de réinterprétation en français.

L’auteur-compositeur-interprète Jonathan Émile vient tout juste de lancer son premier album reggae. Le LaSallois d’origine jamaïcaine est ainsi le premier Québécois dont la musique est commercialisée par la maison de distribution fondée par Bob Marley, Tuff Gong International.

Spaces-In-Between a été créé à Montréal sous la direction de Paul Cargnello, mais a été complété en sol jamaïcain.

Le titre fait référence au fait que Jonathan Émile, lui-même métissé, s’est souvent senti «entre deux espaces». Un sentiment qu’il a aussi ressenti lorsqu’il composait sa musique entre le travail et sa vie sociale.

«L’idée est de toujours être conscient du trajet que tu fais. Ce n’est pas le début ou la fin, c’est toujours dans le trajet qu’on trouve des réflexions, des expériences», philosophe l’artiste.

Né à LaSalle, Jonathan Émile apprend à 18 ans qu’il a le rhabdomyosarcome, une tumeur maligne développée à partir d’un tissu musculaire. Durant les traitements, il explique «avoir utilisé la musique pour s’exprimer afin de gérer ses émotions».

Le jeune homme se fait alors la promesse que, s’il vainquait le cancer, il allait continuer à faire de la musique.

Influences

Ses œuvres sont influencées par ses souvenirs, dont le pâté jamaïcain qu’il allait chercher sur la rue Dollard, et les différentes communautés culturelles de LaSalle.

«J’ai eu le privilège de grandir avec toutes sortes de personnes avec des antécédents différents», explique Jonathan Émile.

La mère de Jonathan Émile est née à Savanna-la-Mar en Jamaïque. C’est elle qui lui a transmis toute la culture et l’éducation nécessaire pour faire cet album. Son père québécois a quant à lui des origines afro-américaines du sud des États-Unis.

Aujourd’hui établi dans le Mile End, Jonathan Émile collabore toujours avec des artistes laSallois.

Son premier album est une exploration du reggae des années 1960 à 1990, comprenant plusieurs styles dont le rock steady, le ska, le roots acoustique et le dancehall.

Les vidéoclips ont été tournés à Négril dans les Antilles, indique l’artiste, qui a aussi assuré la réalisation.

Tuff Gong International n’a pas tardé à contacter l’artiste, à peine quelques heures après avoir reçu son démo. Il n’a fallu que deux semaines pour arriver à une entente contractuelle.

Ayant débuté dans le hip-hop, Jonathan Émile se concentre actuellement sur le reggae.

Articles similaires