LaSalle
10:31 4 décembre 2020 | mise à jour le: 4 décembre 2020 à 10:31 temps de lecture: 3 minutes

Vers un centre d’hébergement pour femmes à LaSalle

Vers un centre d’hébergement pour femmes à LaSalle
Photo: Deposit photos

Le projet de centre d’hébergement pour femmes à LaSalle commence à prendre forme. Un comité de travail, entièrement féminin, a été mis sur pied et l’organisation compte s’incorporer en 2021.

Destination Travail du Sud-Ouest de Montréal sera le fiduciaire jusqu’à la réalisation de cette étape, explique son directeur général, Philippe Tisseur.

«Destination Travail s’est toujours investi dans le développement et les réponses aux besoins sociaux qu’on connaît. Quand on donne des services quotidiennement, on est confronté aux obstacles de référence. À LaSalle, il y a peu de ressources», explique-t-il en entrevue.

En plus du volet hébergement, il est prévu que le futur centre s’occupe de l’intervention et de la prévention face à la violence perpétrée envers les femmes.

«C’est titanesque comme travail de mettre sur pied ce genre de centre, autant au niveau des coûts que du processus lui-même», ajoute-t-il, espérant que des services dans la communauté soient offerts le plus tôt possible.

Même si le comité de travail est déjà constitué, ses membres invitent toutes les personnes intéressées à donner un coup de main à les contacter.

Cynthia Collette, Nathalie Côté, Henriette Mvondo, Denise Joly, entre autres participantes, sont au nombre des personnes qui ont répondu «présent».

Une fois l’incorporation complétée, la future organisation devra établir des partenariats avec des bailleurs de fonds pour le financement du centre.

Une idée qui a fait du chemin

Cela fait déjà un moment que le projet fait son bout de chemin. Il est né d’une conversation passée entre M. Tisseur et la députée provinciale de la circonscription de Marguerite-Bourgeoys, Hélène David, qui se considère un peu comme la «marraine» du projet.

Celle qui a été ministre de la Condition féminine puis critique de l’Opposition officielle dans ce dossier jusqu’à l’an dernier dit s’être rendu compte du manque de services à LaSalle par le passé.

«À notre bureau de comté, on a vu des cas très dramatiques de femmes qui se réfugiaient dans leur voiture, qui ne savaient plus où aller mais qui voulaient sortir de chez elle à tout prix», raconte-t-elle.

«À cause de la pandémie, à cause des besoins qui ont augmenté et de la plus grande sensibilité de la population et des gouvernements à [l’égard de] cette problématique, je suis plutôt optimiste […] que ça puisse fonctionner.» – Hélène David, députée provinciale de Marguerite-Bourgeoys

Après la fameuse discussion, sa responsable du bureau, Nathalie Côté, et Philippe Tisseur ont entrepris les démarches pour rassembler plusieurs voix autour de la table en vue de mettre sur pied un comité de travail.

«Une femme qui vient se réfugier en maison d’hébergement a souvent eu des contacts avec des services externes, mais elle n’était pas prête avant. C’est terriblement difficile de dire : c’est assez, c’est trop, je pars», dit-elle.

LaSalle fait partie des Municipalités alliées contre la violence envers les femmes.

Articles similaires