LaSalle
17:51 21 août 2015 | mise à jour le: 21 août 2015 à 17:55 Temps de lecture: 3 minutes

Morgan Schaffer fête ses 50 ans

Morgan Schaffer fête ses 50 ans
Photo: Collaboration spéciale

L’entreprise Morgan Schaffer, qui possède des clients dans plus de 85 pays, soufflera ses 50 bougies cette année à LaSalle. Histoire d’une réussite.

C’est sur l’avenue De Courtrai en 1965, près de l’hippodrome de Montréal que James E. Morgan et Robert Schaffer, deux diplômés au doctorat en chimie-physique à l’Université McGill décident d’ouvrir un laboratoire. Grâce à un prêt de la banque, ils se procurent un spectromètre de masse, instrument très rare au Québec à l’époque qui permet de séparer les gaz.

2

L’équipement attire l’attention d’Hydro-Québec, qui demande aux deux scientifiques d’analyser un échantillon de l’huile provenant d’un transformateur électrique. Ils découvrent qu’en analysant les gaz qui sont dissous dans l’huile, on peut connaître et prévoir des problèmes mécaniques des transformateurs.

«La présence de gaz dans l’huile indique un défaut ou un problème. C’est comme effectuer une prise de sang», décrit la coordonnatrice des communications de Morgan Schaffer, Heidi Reinblatt.

Morgan et Shaffer  développent ainsi une méthode d’analyse de cette huile, présente dans tous les transformateurs, qui agit comme refroidissant ou isolant. Leur méthode deviendra la norme dans l’industrie électrique. Ils sont considérés par plusieurs comme des pionniers en la matière.

Savoir se réinventer

Entre 1990 et 2000, après le départ du Dr Schaffer, l’entreprise est rachetée par Richard Bérubé et développe de nouveaux équipements pour encore mieux analyser l’huile. Des ingénieurs mettent au point Myrkos, une grosse boîte installée sur les transformateurs permettant de récolter l’échantillon directement. Il faut toutefois aller chercher la boîte pour connaître les résultats d’analyse.

Calisto est ensuite mis au point. Cette boîte installée de façon permanente permet de consulter les résultats d’analyse en ligne, à partir d’un ordinateur. L’entreprise crée un logiciel d’interprétation des données qu’elle vend à ses concurrents.

«Ça permet de sauver des millions de dollars. On peut trouver rapidement une fuite de gaz et éviter une explosion ou une panne par exemple», explique Mme Reinblatt.

Morgan Schaffer met aussi au point True North, un standard d’huile pour les transformateurs. L’échantillon se veut un modèle d’huile sécuritaire pour les équipements électriques.

Le secret de la longévité de l’entreprise réside dans l’innovation ainsi que la précision. «Les gens choisissent Morgan Schaffer parce que nos équipements sont les plus exacts. Notre slogan c’est l’exactitude en tout», indique Mme Reinblatt.

3

Morgan Schaffer à LaSalle

L’entreprise, dont  90% de ses revenus proviennent de l’extérieur du Canada, ont installé en  août 2006 son siège social et son laboratoire, sur la rue Saint-Patrick au bord du canal Lachine et près du pont Lafleur, à LaSalle.

Au total, ce sont 120 employés qui travaillent dans le bâtiment, provenant de 30 nationalités différentes. «Il y a 24 langues qui sont parlées au bureau. C’est vraiment le fun», s’enthousiasme Mme Reinblatt. L’entreprise vient d’ailleurs d’ouvrir des bureaux à Philadelphie.

Une soirée de festivités sera organisée en septembre lorsque les deux fondateurs seront de passage à Montréal.

 

Articles similaires