Le Plateau-Mont-Royal
13:31 7 mai 2015 | mise à jour le: 7 mai 2015 à 13:31 Temps de lecture: 3 minutes

L’art comme moteur de croissance

L’art comme moteur de croissance
Photo: David Riendeau/TC Media

Malgré des temps difficiles pour le commerce au détail, certains commerçants de l’arrondissement parviennent tout de même à tirer leur épingle du jeu, voire de prendre de l’expansion. Portrait d’une entreprise créative qui mise sur l’art pour changer son quartier.

Pour certains, l’art est un luxe. Pour Carlo De Luca, copropriétaire de la galerie Station 16, l’art est un moteur de croissance économique et de changement social. Alors que de nombreux commerçants de détail tardent à prendre le virage numérique, Station 16 a débuté ses activités en vendant en ligne des sérigraphies d’artistes locaux, dès 2010.

Après quelques voyages à New York, Carlo De Luca et sa bande réussissent à convaincre des artistes internationaux de travailler avec eux. L’entreprise emménage dans un local de 3000pi2 du boulevard Saint-Laurent, trois ans plus tard. «Lorsque le festival Mural a été lancé, les organisateurs, avec qui on avait déjà collaboré, nous ont proposé d’ouvrir une galerie ici. Puisque le festival attire beaucoup de monde et que nous sommes la première galerie d’art urbain, nous avons pu nous démarquer.»

Les affaires se portent si bien pour Station 16 qu’elle a agrandi sa superficie de 1000pi2, cet hiver, afin d’avoir un espace galerie et  y introduire une gamme d’objets utilitaires avec une touche artistique. Aujourd’hui, des clients viennent d’aussi loin que Toronto ou New York pour visiter Station 16, qui opère également un atelier de sérigraphie sur la rue Chabanel, où travaille 20 personnes.

Réseautage et partenariat

Afin de percer différents segments du marché, Station 16 offre des produits entre 100$ et 200$ pour attirer les nouveaux collectionneurs, et d’autres, de 1000$ et plus, destinés au marché des collectionneurs chevronnés.

La stratégie semble fonctionner jusqu’ici, indique M. De Luca. «La communauté nous encourage. Les gens achètent nos produits et trouvent que notre présence apporte une énergie nouvelle dans le quartier.»

Si les ventes en ligne ne représentent plus que 30% de leur chiffre d’affaire, Station 16 continue d’œuvrer pour assurer sa présence sur les réseaux sociaux, tandis que le local est utilisé pour organiser des événements avec des artistes. Entretemps, l’entreprise cherche à développer des partenariats avec ses voisins. Récemment, elle s’est associée avec la boutique de vêtements Instock showroom, pour sa nouvelle collection de mode urbaine.

«Je pense que la présence de grandes murales dans le quartier fait prendre conscience aux commerçants de l’importance de l’art urbain et de la créativité, conclut Carlo De Luca. Si tu demandes à un New Yorkais ce qu’il pense de Montréal, il va te dire que c’est une belle métropole avec de la culture, de beaux restos, etc. Les Montréalais gagneraient à projeter cette image positive de créativité et s’investir là-dedans. L’art, ce n’est pas un luxe, c’est la première chose que les gens devraient voir en se levant le matin.»

DSC_1255
Selon Carlo De Luca, la présence de grandes murales dans le quartier fait prendre conscience aux commerçants de l’importance de l’art urbain et de la créativité. Photo: David Riendeau/TC Media

 

Articles similaires