Formation et emplois
13:25 6 mai 2016 | mise à jour le: 14 juin 2021 à 14:49 Temps de lecture: 3 minutes

Women in mind: pour connecter les femmes au Plateau

Women in mind: pour connecter les femmes au Plateau
Photo: Catherine Bouchard/TC Media

Une nouvelle application vient de voir le jour, il y a à peine une semaine, pour connecter les femmes à leur quartier. Women in mind (WIM) espère créer un réseau d’entraide, mais aussi faire connaître les particularités de chaque secteur.

L’idée a germé dans la tête de Geneviève Nadeau, lorsqu’elle a déménagé du Plateau-Mont-Royal à L’Île-des-Sœurs.

«J’adorais le Plateau. Avec mon conjoint, on passait nos fins de semaine à se promener et découvrir le quartier. En arrivant à L’Île-des-Sœurs, avec un nouveau bébé, j’ai vécu de l’isolement. C’est là que j’ai découvert un groupe de femmes du quartier et je suis tombé en amour avec le concept», indique Mme Nadeau.

En seulement un mois, la jeune maman a été mise au courant de toutes les bonnes adresses et activités dans son quartier. L’idée a donc fait son bout de chemin et lorsqu’elle a eu son deuxième enfant, l’entrepreneure a décidé de se lancer et de démarrer une application pour connecter les femmes d’un même quartier.

Le module, gratuit sur les téléphones, affiche un fil d’actualités de questions des femmes situées à moins de 5km. Toutes peuvent répondre.

«J’ai partie des groupes Facebook pour divers quartiers et ça a très bien marché. On a lancé l’application sur Android mercredi et sur I-Phone en fin de semaine, et déjà, on a 5000 membres», continue Mme Nadeau.

Une autre entrepreneure, Valérie Dho, ambassadrice des secteurs Outremont, Plateau-Mont-Royal et Petite-Patrie, a tout de suite été séduite par le concept.

«Je suis déménagée il y a cinq ans de Laval à Outremont. En banlieue, je ne connaissais personne sur ma rue. Ici, je connais tous mes voisins», élabore Mme Dho.

Cette dernière, en tant qu’ambassadrice sera responsable de créer des événements dans les quartiers. Les deux femmes indiquent que l’activité «cocktails» de filles est habituellement la plus populaire, selon ce qu’elles ont testé avec les pages Facebook.

«Il y a des secteurs comme le Mile End et Outremont où nous sommes naturellement connectés. Ce sont des quartiers vraiment familiaux et dynamiques. On va en faire des activités là et aux alentours», souligne Mme Dho.

Pour espérer rentabiliser la plateforme, une section est fournie aux commerçants locaux, au coût de 25$ par mois. Le pari de Mme Nadeau est qu’une fois les abonnés au rendez-vous, les annonceurs suivront.

«On est très sévère sur la qualité. Il faut que ça ait un aspect informationnel. Par exemple, les filles veulent apprendre à jardiner avec l’aide de la boutique du coin, pas dans de grosses chaînes», croit Mme Nadeau.

La femme d’affaires espère aussi encourager l’entrepreneuriat féminin, à l’aide de sa plateforme, avec notamment du réseautage.

Articles similaires