Économie

Essor de l’est: où seront investis les 100M$ promis par Québec?

Essor de l’est: où seront investis les 100M$ promis par Québec?
Photo: Archives Métro MédiaL’est de Montréal et ses secteurs industriels de la Pointe-de-l’Île et Assomption-Sud-Longue-Pointe ont le potentiel de devenir de véritable pôle d’emploi et des accélérateurs du développement économique de Montréal, selon la Ville.

Des investissement majeurs sont prévus au cours des prochaines années pour revaloriser les espaces industriels de l’est de Montréal. Les acteurs économiques se mobilisent et présenteront bientôt des plans d’actions détaillés, où seront priorisés deux zones : les secteurs industriels de la Pointe-de-l’Île et de l’Assomption-Sud-Longue-Pointe.

L’entente conclue en mars avec le gouvernement caquiste prévoit que 100M$ seront investis pour des travaux de décontamination, de réaménagement ou de revalorisation des terrains. De telles sommes ne seront pas dépensées sans tenir compte les enjeux de mobilité et de qualité de vie des résidents, assure Daniel Mathieu, du service du développement économique de Montréal.

«Pour le secteur l’Assomption-Sud-Longue-Pointe, la vision est déjà allée en consultation via l’Office de consultation publique de Montréal, et le rapport a été déposé», rappelle-t-il.

Avant d’aller de l’avant avec la création d’un écoparc dans ce secteur, l’organisme soulignait notamment dans son rapport que le transport collectif doit être amélioré, et incitait la ville à agir «dès maintenant» pour réduire les nuisances auprès des citoyens.

Une vision à définir pour la Pointe-de-l’Île

Dans le cas du secteur industriel de la Pointe-de-l’Île, la vision est toutefois en cours d’élaboration, admet M. Mathieu. Des discussions se déroulent actuellement avec différents partenaires, dont la Chambre de commerce de l’est de Montréal et le Conseil régional de l’environnement, afin d’unifier les visions sectorielles développées par les diverses instances.

Un document portant sur cette vision préliminaire devrait être soumis en consultation au cours de l’automne.

«On parle beaucoup d’une transition écologique dans ce secteur, mais il y a des actifs sur lesquels on peut miser, souligne-t-il. La logique d’économie circulaire fait sa place, par exemple.»

Dans les deux cas, des plans d’actions concrets, détaillant où et quand seront investis les montants disponibles, doivent être déposés en mars 2020. Les terrains à décontaminer en priorité seront alors identifiés, et les dépenses liées aux infrastructures à construire seront précisées.

Les investissements s’étaleront ensuite entre 2020 et 2024.

Le secteur Assomption-Sud-Longue-Pointe

S’étalant sur un territoire de 1km par 3km, le secteur Assomption-Sud-Longue-Pointe est délimité par l’avenue Souligny, les installations du Port de Montréal, la gare de triage Longue-Pointe et l’autoroute 25. On y retrouve notamment le quartier résidentiel Guybourg, des parcs industriels et une base militaire. On y prépare le projet de «Cité de la logistique», récemment redéfini et renommé «Écoparc industriel».

Le secteur industriel de la Pointe-de-l’Île

D’une superficie de 30 km2, le secteur comprend des territoires situés dans la ville de Montréal-Est ainsi que les arrondissements de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles et d’Anjou. Traversé par l’autoroute 40 et bordé au sud par la rue Notre-Dame, et au nord par le boulevard Maurice-Duplessis. Jadis le royaume des raffineries, le secteur est en redéfinition depuis quelques années.