Mercier & Anjou
15:01 22 novembre 2019

Le Centre intégré de dialyse Raymond-Barcelo, un nouvel environnement pour les patients

Le Centre intégré de dialyse Raymond-Barcelo, un nouvel environnement pour les patients
Jonathan Perrier et Caroline Yasconi Crédits : Naomie Gelper

Après deux décennies de dialyse dans des roulottes temporaires, le Centre intégré de dialyse Raymond-Barcelo de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont a ouvert ses portes en juin dernier et permet d’accueillir beaucoup plus de patients qu’avant.

Les besoins en dialyse vont continuer d’aller en augmentant, affirme le coordonnateur clinico-administratif des activités de médecine spécialisée du CIUSSS de l’Est Jonathan Perrier. En effet, la maladie rénale et chronique va se développer, car elle est une cause des autres maladies, comme le diabète ou l’hypertension artérielle qui augmentent avec le vieillissement de la population. « Avec le nouveau pavillon, on s’est préparé à l’avenir », explique-t-il.

Bâti sur quatre étages, dont le sous-sol qui loge toute la partie mécanique, le centre de dialyse compte six secteurs de soin. « Un secteur de soin typique peut recevoir 12 patients dialysés en même temps, indique la coordonnatrice des services en suppléances rénales Caroline Yasconi. Chaque section de 12 patients nous permet de recevoir 12 fois 3 patients, car il y a trois entrées de patients par jour. »

Depuis l’ouverture, 500 traitements de plus ont pu être donnés au centre. En faisant un calcul rapide, M. Perrier estime qu’il reçoit environ quatre patients de plus par jour pour les dialyses hospitalières.

Un changement d’environnement drastique

Beaucoup plus spacieux et lumineux que les roulottes temporaires, le Centre intégré de dialyse Raymond-Barcelo apporte un meilleur environnement de vie. « Les patients viennent dans nos locaux trois à cinq heures par jour trois fois par semaine, donc nous avons misé sur un endroit confortable et agréable pour eux », indique Mme Yasconi.

Claudette Delisle, une patiente qui a vécu la dialyse dans les roulottes temporaires pendant quatre ans, approuve ce changement de localisation. « Il y a moins de vent dans le nouveau pavillon, c’est plus chaud, dit-elle. Je suis très satisfaite, je viens ici et je suis heureuse. »

En plus d’avoir leur propre chauffage radiant et leur propre téléviseur, les patients ont aussi de nouveaux fauteuils électriques. La connexion wifi devrait également être installée prochainement.

Développer l’autonomie

Étant donné que les personnes dialysées doivent passer plusieures heures à l’hôpital, il est plus difficile pour elles d’avoir une vie sociale et professionnelle. « C’est pourquoi il faut développer le mode de prise en charge autonome qui permet aux patients de faire la dialyse à la maison », explique Jonathan Perrier.

En 2019, le CIUSSS de l’Est a réussi à enseigner à 25% de ses patients dialysés la prise en charge en mode autonome. « On a ajouté des places d’enseignement. On en avait deux, on en a maintenant quatre, explique-t-il. Chaque jour, on forme davantage de patients qui vont être capables d’être autonomes à domicile. » L’objectif pour 2025 est que 40% des nouveaux patients l’utilisent.

Un mannequin pour la formation

Pour enseigner aux résidents en médecine et au personnel infirmiers les pratiques de pointe en néphrologie, le Centre de dialyse Raymond-Barcelo s’est doté d’une salle de simulation. Dans cet environnement d’enseignement, la formation se fait entre autres à l’aide de Valentin, un mannequin-intelligent qui parle et qui réagit aux différents soins qui lui sont prodigués.