Mercier & Anjou
11:05 10 décembre 2019 | mise à jour le: 10 décembre 2019 à 13:37 temps de lecture: 4 minutes

Une nouvelle boutique écologique dans Tétreaultville

Une nouvelle boutique écologique dans Tétreaultville
La propriétaire de Terre à soi, Annie Martel, ouvre sa troisième boutique sur la rue Hochelaga, dans Tétreaultville. Photo : Naomie Gelper

De nouveaux commerçants redonnent une deuxième vie aux locaux vacants de la rue Hochelaga. C’est le cas de la propriétaire des boutiques écologiques Terre à soi qui a décidé de s’établir dans Tétreaultville.

Pour Annie Martel, c’était naturel d’ouvrir sa troisième boutique sous la bannière Terre à soi dans ce secteur. Le « magasin général écologique » vend des produits écologiques et naturels, en vrac ou non, dans le but d’encourager une « consommation plus responsable. »

La propriétaire désire offrir des solutions de remplacement à des besoins de consommation quotidiens. « N’importe qui peut rentrer dans ma boutique, affirme-t-elle. On va prendre le client où il est rendu dans son cheminement pour faire une transition écologique, puis on va l’amener à faire un pas en avant. »

Ouvrir dans le quartier

Celle qui a ouvert son premier commerce dans Hochelaga, il y a 10 ans, a constaté qu’une partie de sa clientèle avait migré vers l’Est. « On a maintenant une grosse clientèle dans le quartier de Tétreaultville, car c’est plus abordable, raconte-t-elle. C’était une demande des clients. »

La femme d’affaires ajoute qu’avec Terre à soi, elle a toujours voulu ouvrir dans des territoires peu exploités et moins bien desservis. « Je ne vois pas l’intérêt d’aller s’implanter dans des quartiers où il y a déjà trois ou quatre commerces qui font la même affaire que moi », mentionne-t-elle.

Éduquer ses clients

Annie Martel juge qu’elle a aussi un devoir éducatif auprès de sa clientèle. Bien que certains qui viennent pour des raisons écologiques, d’autres choisissent son commerce pour des raisons budgétaires. « Ce n’est pas que les gens ne veulent pas consommer des produits écologiques ou en vrac, mais souvent, ils sont mal informés, dit-elle. Certains ont toujours le préjugé que c’est plus cher. C’est là qu’il faut les éduquer. »

Elle explique qu’à l’achat, un contenant peut être plus dispendieux, mais qu’avec plusieurs utilisations et la bonne quantité, un savon coûtera moins cher. « Étant donné que le produit à lessive est en concentré, c’est plus avantageux à la brassée, émet-elle. Il faut avoir une discipline et il faut comprendre le fonctionnement. »

L’important pour Annie Martel est de rendre ce mode de vie démocratique.  « Beaucoup de gens me disent qu’il y a des produits écologiques de disponibles dans les grandes surfaces, comme des pailles réutilisables, lance-t-elle. Mais le jour où tout le monde va acheter son savon en vrac, je vais mettre la clé dans la porte et je ferais d’autres choses. »

L’importance d’une association de commerçants

Celle qui est également présidente du conseil d’administration de la Société des commerçants d’Hochelaga-Maisonneuve considère que l’Association des commerçants de Tétreaultville est essentielle pour la revitalisation de la rue Hochelaga. « C’est dur quand tu es commerçant, surtout quand tu commences, d’avoir un réseau, énonce-t-elle. Avec l’Association, on a quelqu’un sur qui compter et on peut s’échanger des clients. »

Annie Martel collabore d’ailleurs avec le propriétaire de l’épicerie zéro déchet Ô Poids Vert qui vient d’ouvrir sur la même rue. « Je voulais que [ce commerce] soit proche de moi pour avoir une synergie, indique-t-elle. Si un client cherche quelque chose, je n’ai aucun intérêt à ne pas l’envoyer là, sinon il va sortir du quartier. Ce qu’on veut, c’est garder les gens ici. »

La boutique Terre à soi ouvre le 11 décembre et est située au 8748 rue Hochelaga. L’inauguration officielle se tiendra le même jour de 16h à 19h.

Articles similaires