Mercier & Anjou
17:21 16 mars 2020 | mise à jour le: 17 mars 2020 à 11:22 temps de lecture: 5 minutes

COVID-19 : en mode action pour aider les aînés

COVID-19 : en mode action pour aider les aînés
Photo: Archives Métro

Depuis que la Ville de Montréal a invité les aînés à contacter le 211 pour être référés à des organismes communautaires, ce service croule sous les demandes. Une preuve que les aînés de 70 ans et plus, obligés de s’isoler pour ne pas être infecté par la Covid-19, ont besoin de la communauté plus que jamais. Les organismes eux, se serrent les coudes et s’activent.

Le 211 met actuellement à jour une liste de quelque 5000 organismes grâce à une équipe de quatre personnes. Cela afin de recenser leurs actions, leurs nouveaux horaires et les demandes de la population, particulièrement celles des aînés.

Lucie Kechichian, directrice des communications et relations communautaires, remarque « une énorme augmentation des appels depuis l’annonce de la Ville de Montréal aux aînés, on a doublé les appels depuis samedi ». En 2019, ce service avait reçu quelque 21 000 appels de personnes âgées. Les appels sont pris en charge par 11 conseillers.

Selon le 211, les besoins des aînés sont multiples, allant du soutien personnel et familial (39% des appels) à l’aide au transport ou transport adapté (près de 20% des demandes), en passant par l’aide au logement, ainsi que les loisirs et activités sociales. C’est sans compter les appels de personnes seules et démunies qui souhaitent briser leur isolement.

Mme Kechichian voit également une inquiétude chez les aînés pour « la livraison de leur épicerie », mais confirme que de nombreux organismes maintiennent et adaptent leurs services, notamment dans le domaine du droit au logement, du maintien à domicile et de la santé mentale.

S’adapter comme maître mot

Les organismes n’ont pas vraiment de s’adapter pour les aînés. Leurs locaux physiques sont en effet pour la plupart fermés au public, étant souvent installés dans des centres communautaires. Ces derniers ont dû être fermés pour suivre les recommandations de Québec et de la Ville de Montréal pour lutter contre la propagation de la COVID-19.

Au Service d’aide et de référencement aîné d’Anjou (Sara), les visites d’amitié sont transformées en appels d’amitié et les transports aux aînés sont stoppés. « Nous avons 12 bénévoles qui feront des appels d’amitié en remplacement des visites pour nos 20 usagers qui bénéficient de ce service », précise Chantal Gagnon, directrice générale du Sara.

Il s’agira alors de « jaser avec la personne isolée, c’est rassurant pour l’aîné de savoir qu’il recevra un appel, qui trop souvent peut être le seul de la journée même de la semaine », ajoute-t-elle.

À L’association bénévole de Pointe-aux-Trembles on reste en alerte : « Nous continuons de prendre les messages pour diriger les aînés à la bonne place et les soutenir » explique Louise Croussett, directrice de l’organisme. Mais pour suivre les recommandations gouvernementales, l’association a annulé elle aussi tous ses services de transport aux aînés pour une durée indéterminée afin de « protéger nos chauffeurs aînés ainsi que notre clientèle ».

À Montréal-Nord, des nouvelles consignes interdisant l’accès aux visiteurs aux résidences pour personnes âgées met des bâtons dans les roues d’un service de distribution de repas à faible coût offert par l’organisme les Fourchettes de l’Espoir.

«C’est normal que les résidences n’acceptent plus les visiteurs, mais ce n’est pas tout le monde qui a l’ouverture de laisser une popote roulante distribuer les repas, explique la directrice de l’organisme, Brunilda Reyes. Ils demandent que ce soit les personnes âgées qui descendent et ça retarde le service. Il y aussi des personnes âgées à mobilité réduite qui ne peuvent pas descendre.»

Mme Reyes évalue ce qui pourrait être fait pour que ces aînés continuent à recevoir leurs repas. «On va peut-être devoir envoyer plus de chauffeurs», dit-elle, en mentionnant que cela demanderait l’implication de plus de bénévoles.

Pair, pour la sécurité des aînés

Le programme Pair n’aura jamais été si utile face aux fermetures d’organismes. En projet pilote dans l’Est de Montréal, il est possible pour les aînés de recevoir des appels automatisés tous les jours de la part des organismes partenaires, gratuitement, sept jours sur sept et tous les jours de l’année.

Si une personne ne répond pas après trois tentatives, une alerte est déclenchée. Les répondants sont contactés et, au besoin, les secours sont envoyés.

Pour bénéficier de ce service, il faut s’inscrire via un formulaire de préinscription disponible sur le site web du programme. Les gens peuvent aussi écrire à info@programmepair.ca ou communiquer au 1 877 997-7247.

Toutes les personnes ainées résidant dans les territoires desservis sont éligibles. À Montréal, les organismes partenaires sont : le Carrefour Montrose, le Chez-Nous de Mercier-Est, Résolidaire, l’Association Bénévole Pointe-aux-Trembles/Montréal-Est et l’AQDR de la Pointe-de-l’Ile de Montréal.

En collaboration avec Olivier Faucher

Articles similaires