Hochelaga-Maisonneuve
16:30 14 septembre 2020 | mise à jour le: 17 septembre 2020 à 16:35 temps de lecture: 3 minutes

Des aménagements pour améliorer la sécurité aux abords des écoles

Des aménagements pour améliorer la sécurité aux abords des écoles
Photo: Mélanie Dusseault/Mercier-Hochelaga-MaisonneuveDes élus de l’arrondissement devant l’école primaire Philippe-Labarre, un des trois établissements à bénéficier du Programme de sécurisation dans l’arrondissement.

Dans le cadre du Programme de sécurisation aux abords des écoles de la Ville de Montréal, trois écoles primaires de l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve font l’objet de réaménagements d’une valeur approchant les 4M$.

Les écoles Philippe-Labarre, Sainte-Louise-de-Marillac et Saint-François-d’Assise, toutes situées dans l’est de l’arrondissement, font partie des 24 établissements scolaires montréalais à bénéficier du programme de 25 M$.

Celles-ci ont été choisies par l’arrondissement en fonction des opportunités de reconstruction des rues bordant les écoles, indique la chargée de communication, Jeanne Fournier.

À Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, les travaux principaux d’aménagements consistent en la reconstruction de trottoirs, l’aménagement de débarcadères pour les écoliers et le réaménagement géométrique des intersections.

Le tout devrait être finalisé dès la fin du mois d’octobre.

Les travaux visent à apaiser la circulation automobile, à améliorer la sécurité des déplacements et à réduire les conflits entre les différents usagers de la rue.

«Ce n’est pas toutes les écoles qui vivent le même degré de dangerosité, mais plusieurs des écoles dans l’arrondissement vivent un sentiment d’insécurité. Généralement, chaque aménagement augmente le sentiment de sécurité des parents autour des écoles», souligne le maire d’arrondissement, Pierre-Lessard Blais.

Comportements dangereux

Chaque année, au moment de la rentrée scolaire, des automobilistes ont des comportements dangereux aux abords des écoles, confirme le commandant du poste de quartier 48, Claude Paradis.

«On constate que les gens qui viennent reconduire leurs enfants se stationnent en double, dit-il. On surveille aussi les panneaux d’arrêt et la vitesse.»

Tout le mois qui suit la rentrée scolaire, des agents sont présents quotidiennement pour assurer la sécurité des piétons et rééduquer les conducteurs, indique Claude Paradis. «Le but est de rassurer les parents, les enfants et le personnel de l’école», indique-t-il.

La sécurité des piétons est une priorité absolue pour l’administration, déclare le responsable de l’urbanisme et de la mobilité, Éric Alan Caldwell. «Quand on s’occupe de la sécurité des enfants autour des écoles, on envoie un message clair que le piéton dans la ville doit pouvoir se déplacer de manière confortable et sécuritaire», explique-t-il.

Déplacements actifs

Avec des aménagements qui tiennent compte de la planification propre au secteur, notamment celle du réseau cyclable, l’arrondissement vise à rendre plus propice la pratique du vélo pour les écoliers.

«À cet effet, l’arrondissement a mis sur pied une planification de son réseau cyclable permettant de relier de manière sécuritaire et conviviale la majorité des établissements scolaires sur son territoire», précise Jeanne Fournier.

Par ailleurs, près de 50 saillies de trottoirs, réparties sur une quinzaine d’intersections, seront construites sur le territoire.

Elles devraient aider à prévenir les accidents, à offrir une meilleure visibilité aux usagers et à créer un environnement sécuritaire et convivial pour les piétons.

Les saillies serviront aussi à verdir les quartiers, à augmenter la canopée et à réduire les îlots de chaleur.

Articles similaires