Mercier & Anjou
17:22 9 mars 2021 | mise à jour le: 9 mars 2021 à 17:22 temps de lecture: 3 minutes

Mercier-Hochelaga-Maisonneuve s’est réinventé avec la Covid-19

Mercier-Hochelaga-Maisonneuve s’est réinventé avec la Covid-19
Photo: Archives/Métro MédiaPierre Lessard-Blais, maire de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Un an après la mise sur pause du Québec découlant de la Covid-19, Pierre Lessard-Blais, maire de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, admet que la pandémie a «chamboulé tout notre quotidien», mais a aussi permis des améliorations en se réinventant.

M. Lessard-Blais rappelle qu’il fallait se réinventer de plusieurs manières depuis le début de la crise sanitaire et que cela a donné lieu à un grand élan de solidarité entre les résidents.

Le maire a relevé d’autres aspects de «la réinvention» de son administration en mettant l’accent sur le maintien et l’intensification des services offerts pour satisfaire les besoins sociaux. Il retient durant la pandémie, la créativité démontrée dans les offres en matière de loisirs et de sports.

«On a été capable de maintenir les activités du camp de jour, contrairement à d’autres arrondissements qui les ont arrêtées», a spécifié M. Lessard-Blais. Il mentionne que MHM a travaillé fort avec les organismes communautaires en vue de développer une offre de services permettant de respecter les consignes sanitaires.

Parcs et patinoires populaires

Avec la crise, il dit avoir su à quel point les installations locales comme les piscines, les arénas, les parcs et les bibliothèques étaient importantes pour les citoyens.

«Même cet hiver, je n’ai jamais vu nos patinoires aussi populaires. (…) Nos parcs ont été extrêmement populaires aussi tout au long de l’été. Les gens sont revenus à des loisirs de base offerts gratuitement par l’arrondissement», commente l’élu.

M. Lessard-Blais, insistant sur les améliorations que la pandémie a permis de faire, donne l’exemple de l’activité de distribution de fleurs dans les quartiers. «C’est souvent des files de plus de deux heures pour avoir des plantes gratuites de l’arrondissement, mais l’année passée on a été capable de monter un système de réservation en ligne où les gens attendaient moins de 15 minutes pour avoir accès à leurs plantes», fait-il valoir.

Télétravail

Toutefois, l’une des conséquences de la pandémie que le maire déplore est le télétravail. L’élu remarque que ce dernier a été accueilli avec enthousiasme au début par des gens qui y retrouvaient une certaine flexibilité, un certain calme à travailler sans être dérangés par des collègues.

«Avec les mois, on voit que le télétravail a un impact important sur l’esprit d’équipe, constate M. Lessard-Blais.  On ne se voit plus, on ne se voit qu’à travers des écrans. Même chose pour nos équipes de cols bleus lorsqu’ils devraient travailler avec les mesures de distanciation, ça complexifie les tâches.»

Il prévoit néanmoins que le télétravail va continuer après la pandémie car, selon lui, il convient d’en tirer ce qu’il a de positif.

Par ailleurs, à la question de savoir le nombre de cas de Covid-19 enregistrés parmi le personnel de l’arrondissement de MHM, l’élu a avancé ne pas avoir de chiffres.

«Il y en a eu très peu et c’est pas assez pour avoir des impacts majeurs sur l’offre de service. On a eu des cas de gens qui devaient rester à la maison, des cas préventifs, on n’a pas les chiffres», déclare le maire.

Articles similaires