Soutenez

REM: le Collectif Mercier-Est rejette le projet de Yaccarini-Savard

Daniel Chartier, vice-président et porte-parole du CEM-E Photo: Gracieuseté, CEM-E

Une semaine après que Christian Yaccarini, président de la Société de développement Angus, et Christian Savard, directeur général de Vivre en Ville, ont dévoilé leur projet alternatif au REM de l’Est, le Collectif en environnement Mercier-Est (CEM-E) a publié une lettre ouverte afin d’appeler «les candidats à la présente élection provinciale» à rejeter cette proposition, jugée «inacceptable».

Signée par le vice-président du CEM-E, Daniel Chartier, la lettre dénonce en premier lieu les différentes branches de la proposition Yaccarini-Savard, notamment celle entre Pointe-aux-Trembles et l’hôpital Maisonneuve-Rosemont. «La proposition reprend le concept d’un train aérien sur pilotis traversant plusieurs secteurs habités avant de plonger sous terre», peut-on lire.

Le CEM-E regrette «l’entêtement incompréhensible d’un train léger aérien sur rail automatisé avec ses problèmes d’accessibilité universelle […], sans compter son médiocre rapport coûts/bénéfices».

Si aucun chiffre précis n’a été donné sur le coût du projet, Christian Savard indiquait la semaine dernière qu’il dépasserait probablement 10 G$, soit un montant supérieur à celui estimé pour le projet de CDPQ Infra.

Pour rappel, le projet alternatif au REM de l’Est proposé par Christian Yaccarini et Christian Savard intervient après que le contrôle du projet de train léger a été repris par le gouvernement Legault en mai dernier. Ce sont notamment les structures aériennes du REM de l’Est, controversées, qui avaient conduit au retrait du projet porté par CDPQ Infra.

Le Collectif interroge par ailleurs le caractère majoritairement souterrain du projet Angus–Vivre en ville. «Si la plus grande partie de leur projet prend la forme d’un REM souterrain, pourquoi créer un REM plutôt qu’un métro?» Il rappelle qu’une station de REM est plus courte que le métro, et qu’elle accommode beaucoup moins d’usagers à chaque passage.

L’absence de jonction avec la station de métro Radisson, qui «accueille les autobus de la Rive-Sud», parmi les cinq points de correspondance présentés, constitue le dernier gros point noir de la proposition, selon le CEM-E. Concernant le choix du calendrier quant à l’annonce du projet Yaccarini-Savard, survenue trois jours avant le lancement de la campagne électorale, le CEM-E souligne le mérite de la proposition de rappeler aux «citoyens l’enjeu du transport collectif pour les résidents de l’est de Montréal».

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.