Montréal-Nord

Deux effondrements de toits en moins d’une semaine à Montréal-Nord

Deux effondrements de toits en moins d’une semaine à Montréal-Nord
Photo: Youri Nabbad / Guide de Montréal-Nord

Deux toits de bâtiments industriels se sont effondrés à Montréal-Nord cette semaine sous le poids de la neige, phénomène qui semble être en hausse cette année au Québec.

Aucun blessé ou décès n’est à recenser pour les deux incidents survenus quasiment jour pour jour, l’un s’étant déroulé dimanche soir sur la rue Edger tandis que le deuxième effondrement de toit est arrivé dans la nuit de mardi sur la rue Forest. Les deux lieux sinistrés sont des bâtiments industriels.

«De ce que nous constatons cette année, une majorité des bâtiments touchés sont des établissements commerciaux et industriels, explique Sylvain Lamothe, conseiller en communication pour la Régie du bâtiment du Québec. De mémoire, il n’y a eu qu’un seul cas d’effondrement concernant un bâtiment résidentiel, qui était de surcroit situé au-dessus d’un commerce.»

Selon le Service Incendie de Montréal,  20 camions de pompiers au total auront été déployés pour couvrir les deux opérations. Les toits des deux bâtiments se sont effondrés à cause du poids de la neige accumulé sur la toiture. Dans les deux cas, les lieux étaient inoccupés au moment des faits.

«Le propriétaire se servait du bâtiment comme entrepôt, mais le garage n’avait pas d’usage commercial, explique Frank, gérant du commerce Frank Machine Moteur et Machinery, situé en face du bâtiment sinistré sur la rue Edger. Le propriétaire venait quelques fois par semaine mais il n’était pas présent tous les jours.»

La Régie du bâtiment rappelle la marche à suivre
«Un propriétaire vigilant qui fait déneiger sa toiture n’aura pas de problème, soutient Sylvain Lamothe. Il y a pas d’effondrement sans signe précurseur.»

Parmi ces signes, des fissures sur les murs intérieurs qui peuvent apparaitre, des portes difficiles à refermer, des infiltrations d’eau, des craquements inhabituels qui se font entendre ou encore le plafond qui se déforme.

«Cette année il y a eu un nombre plus important de cas d’effondrements de toits que les hivers précédents, souligne M. Lamothe. Cela est dû aux changements climatiques importants, il y a eu plusieurs successions d’accumulation de neige, de redoux, puis de pluie venant alourdir la neige. Même si de manière générale les toits sont construits pour supporter les hivers québécois, il faut toujours penser à déneiger soi-même ou en faisant appel à une entreprise spécialisée.»