Montréal-Nord

Les Pompiers veulent recruter des jeunes de Montréal-Nord

Les Pompiers veulent recruter des jeunes de Montréal-Nord

Le Service Incendie de Montréal veut promouvoir le métier de pompier à Montréal-Nord, pour favoriser la diversité et l’inclusion au sein de ses services. Il est ainsi allé à la rencontre des organismes communautaires et institutionnels dans l’espoir qu’ils convainquent les 15-25 ans du secteur à se rendre à des journées de présentation et d’échanges au mois de mai prochain.

Soucieux d’intégrer un plus grand nombre de femmes et de personnes issues des minorités visibles, le Service Incendie de Montréal (SIM) va recevoir, les 25 et 26 mai prochain, les élèves des écoles et les jeunes de Montréal-Nord dans ses locaux du boulevard Montée Masson, à Laval. L’objectif sera d’y présenter le métier de pompier, de faire tomber certains clichés et de les convaincre qu’une carrière stable et stimulante est à leur portée.

Pour assurer le succès de ces journées d’échanges, le SIM a longuement expliqué le sens de sa démarche aux organismes communautaires et institutionnels du secteur, tels que la CSPI, le CIUSS, le Carrefour Jeunesse Emploi ou la mairie de l’arrondissement, le 18 avril, afin qu’ils transmettent le message à leurs usagers et les incitent à participer.

Face à la trentaine de personnes présentes, l’assistant-directeur au SIM, Frédéric Paquette, a reconnu que son institution était « un des derniers bastions gaulois où il faut faire tomber certains paradigmes et faire comprendre qu’une équipe diversifiée, par le genre, par la culture, par l’origine, est plus forte ».

« C’est un besoin que nous avons, a-t-il poursuivi. On vient chercher une main d’œuvre, de l’expertise et de la diversité pour enrichir notre service. On veut vous donner le goût d’embarquer vos élèves, vos usagers, vos collaborateurs vers le Service Incendie. »

Cette volonté d’intégrer plus de femmes et plus de personnes issues des minorités n’est pas nouvelle puisque, dès 2018, le SIM avait indiqué vouloir aller dans cette direction, avec l’objectif de tripler leur nombre d’ici 2025.

La mairesse de Montréal-Nord, Christine Black, estime qu’il s’agit d’un projet « très enthousiasmant », qui rejoint « des valeurs qui sont au cœur du quartier ».

La mairesse a rappelé que ce type d’opérations s’intégrait parfaitement aux ambitions du plan d’action « Priorité Jeunesse », mis en œuvre il y a maintenant deux ans, et elle a assuré le SIM de sa collaboration.

« Feu Roulant permet de découvrir une profession qui est fascinante, a expliqué Mme Black, car être pompier, c’est consacrer sa carrière à la sécurité et au service des citoyens et, en tant que mairesse, je suis très sensible au travail qui est fait par le SIM.»

Une diversité en hausse mais des vocations en baisse

Plusieurs pompiers issus des minorités sont venus présenter leur parcours afin de soutenir le bien-fondé de cette opération de promotion.

Mohamed Mabrouf, pompier depuis trois ans, n’a pas nié que les volontaires ne parviendraient pas tous à devenir pompiers, puisque plusieurs tests, notamment physiques, sont réalisés.

À l’époque de son arrivée, on comptait plus de 1000 candidats pour 144 places, mais il demeure aujourd’hui difficile de convaincre les femmes et jeunes issues des minorités à se présenter.

Sans doute la faute à une méconnaissance du métier et aux clichés qu’il peut véhiculer, notamment sur les dangers encourus et la pression sociale et familiale qu’ils entrainent.

« J’étais affirmé dans mon choix et ça a fait la différence. Je n’avais pas le soutien de mes amis ou de ma famille parce qu’ils considéraient que le métier de pompier n’était pas sûr, que les places étaient limitées ou que ce n’était pas payant, mais eux, ils avaient la conception du métier de pompier en Algérie », s’amuse-t-il.

« Ils n’ont pas les données ou le contexte exact », explique-t-il, assurant que les protocoles d’intervention, les équipements et les avantages sociaux dans ce métier ne sont pas assez connus et mis de l’avant.

Malgré cela, les mentalités ont déjà évolué a assurée Guylaine Poirier, coordinatrice Priorité Jeunesse à l’arrondissement de Montréal-Nord.

Celle-ci a notamment expliqué qu’il n’aurait pas « été possible de penser à réaliser une vidéo promotionnelle il y a cinq ou six ans » avec des pompières ou des personnes issues de la diversité, comme c’est le cas aujourd’hui.

Des informations sur ces journées d’information sont disponibles à l’adresse courriel feusacre@cmontmorency.qc.ca, tant pour les jeunes que pour leurs parents.

Commentaires 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Faten Awada

    Mon garçon il finit son secondaire 4 cette année et il fréquente le collège Reine-Marie. Il est présentement en recherche d’emplois pour l’été . Il a 16 ans. Donc , j’aimerais savoir si c’est possible d’appliquer pour un emplois d’été.

  • Emilie

    C’est quand le prochain concours??
    Femme de 27ans autochtones, bilingues…cours complétés (Pompier 1 et 2)

  • Jean Ricardy

    SVP
    quel sont les plages horaire pour cette activité lors des journées du 25-26 Mai prochain
    faut il reserver sa place ou juste se presenter
    se presenter selon quel plage horaire justement
    vos representation sont repartie selon quel plage horaire lors des ces deux journées
    Ma femme et moi souhaitons amener notre Jeune de presque 16 ans qui manifeste deja un interet pour ce metier