Montréal-Nord
12:09 5 septembre 2019

Une entreprise nord-montréalaise donne un coup de main pour aider des Africaines

Une entreprise nord-montréalaise donne un coup de main pour aider des Africaines
Photo: Olivier Faucher - Métro MédiaMathieu Brossard, directeur qualité de Café Brossard, tenant le café rwandais qu’il torréfie pour la fondation

Basée à Montréal-Nord depuis plus de 50 ans, l’entreprise Café Brossard donne chaque année du café à une fondation québécoise luttant contre les fistules obstétricales, un problème particulièrement répandu en Afrique subsaharienne.

Entre Valérie Corcos, membre du conseil d’administration de la fondation Mères du monde en santé et Mathieu Brossard, directeur qualité de Café Brossard, c’est une amitié de longue date qui s’est transformée en collaboration, il y a deux ans. Lorsqu’elle a envisagé la possibilité de vendre du café pour financer la fondation, Valérie Corcos a tout de suite pensé à son ami Mathieu.

Le résultat: un café de commerce direct, dont les grains proviennent d’un producteur rwandais avec qui des membres de la fondation se sont liés d’amitié.

« Mathieu nous a dit qu’il allait nous le torréfier et qu’il n’y avait rien là! Il a eu l’amabilité de le mettre dans des sacs. On avait donc un café de la région où on fait nos missions, obtenu sans intermédiaire », mentionne Valérie Corcos.

Dans des petits marchés africains à Montréal, la fondation réussit à vendre 100 sacs de cafés à 10$ l’unité. Cela lui permet d’amasser 1000$ chaque année; un montant précieux, puisque son budget annuel n’est que de 70 000$. La plus grosse dépense de la fondation est l’achat de billets d’avion pour les infirmiers et médecins. « C’est très dispendieux pour se rendre en Afrique », souligne Mme Corcos.

Mères du monde en santé concentre ses activités au Rwanda depuis 2016. Elle a également œuvré au Burkina Faso dans le passé.

Un enjeu de santé publique

On en connaît peu sur le problème de fistule obstétricale. Pourtant, plus de deux millions de femmes en seraient atteintes dans le monde, selon la fondation Mères du monde en santé. La plupart de celles-ci vivraient en Afrique subsaharienne.

La fondation Mères du monde en santé lors d’une mission au Rwanda

La fistule obstétricale est décrite comme étant un trou formé entre l’urètre et le vagin en raison de complications lors d’un accouchement typiquement effectué dans des régions rurales pauvres en soins de santé.

Les femmes qui doivent vivre avec ce problème souffrent d’une incontinence qui peut ruiner leur vie. Elles sont souvent rejetées par leur communauté; même leur propre famille en raison des odeurs nauséabondes que ce trouble amène.
La fondation Mères du monde en santé envoie deux équipes par année pendant une dizaine de jours afin de non seulement soigner des femmes qui ont une fistule obstétricale, mais aussi de transmettre leurs connaissances aux travailleurs de la santé rwandais.

Pour cela, l’équipe de 10 bénévoles qui administrent la fondation compte sur des dons et du financement comme celui que produit la vente de café.

« En tant qu’entreprise, on essaie toujours de faire du bien quand on peut et c’était une opportunité en or, pense Mathieu Brossard. C’est une cause qui est vraiment noble et on n’a pas hésité une seconde. »

La fondation Mères du monde en santé est l’une des dix fondations au monde à lutter contre le problème de la fistule obstétricale. Elle est la seule fondation canadienne ayant cette vocation.