Montréal-Nord

Un organisme pour la jeunesse de Montréal-Nord suspend ses activités sans explication

Un organisme pour la jeunesse de Montréal-Nord suspend ses activités sans explication
Photo: Photographee.euUn contrat de 41 000$ a été octroyé à la firme Barbara Rufo pour l'analyse de l'offre et de la demande en loisirs dans Mercier. Crédits : Archives Métro

Karaté, cuisine, danse, soccer, basketball, sciences, arts plastiques et aide aux devoir: toutes ces activités organisées par le programme Horizon jeunesse ont subitement été suspendues pour une durée indéterminée.

Cela fait maintenant deux fins de semaine que ces activités n’ont plus lieu. Le 26 octobre, des parents qui se sont butés pour une seconde fois à des portes closes à l’École Saint-Vincent-Marie ont vu qu’une note signée par le conseil d’administration de Horizon jeunesse avait été accrochée à l’entrée de l’école.

« Nous sommes dans l’obligation de suspendre les activités du samedi pour une période indéterminée, peut-on lire sur cette note. Des raisons hors de notre contrôle nous ont amené à prendre cette décision. Nous sommes désolés des inconvénients que cela peut susciter, nous déployons tout ce qu’il faut afin de régler la situation. »

Cette note, signée par le conseil d’administration, a été accrochée pour informer les parents

L’organisme Horizon jeunesse a comme mission « d’offrir une assistance aux élèves et à leurs familles, les outiller et susciter leur participation dans la solution de problèmes, avec l’école, les ressources du milieu et autres, si nécessaire en mettant en place des activités éducatives et accessibles », selon la description que l’on peut lire sur son site web.

Il était notamment mandaté cet été par l’arrondissement, tout comme l’était les Fourchettes de l’espoir, pour offrir des camps de jours.

Des questions sans réponses

Le parent d’un enfant inscrit au cours de karaté a été choqué du peu d’explications qui ont été communiquées aux parents. « Je ne trouve pas ça vraiment professionnel, dit le parent qui a préféré taire son nom. Quand il arrive une situation comme ça, on doit écrire pour quelle raison. Ils auraient dû communiquer avec nous. » Elle a tenté de joindre l’organisme, mais n’a pas obtenu de réponse.

Jonathan Doucet, instructeur mandaté pour ce cours de karaté et directeur du club Karaté Plus, trouve la situation « fâcheuse ». Il s’est également présenté au local le 26 octobre et n’avait été informé que son cours avait été annulé. Il ne sait pas s’il sera rémunéré pour les deux premiers cours de karaté qu’il a donnés. « C’est une question que je me pose », dit-il en entrevue avec le Guide.

M. Doucet estime qu’environ 80 familles ont inscrit leur enfant à son cours de karaté organisé par Horizon jeunesse. Il souhaite toutefois honorer son engagement d’enseigner le karaté à ces jeunes en donnant les cours des huit semaines restantes le dimanche matin au local du club Karaté Plus. « Le karaté est une belle discipline et des gens essayaient de le découvrir à travers cela, affirme-t-il.

Le chef de division communications de Montréal-Nord, Daniel Bussières, a informé que l’arrondissement est au courant de la situation qui prévaut à Horizon jeunesse et qu’il a reçu la même lettre citée précédemment. « Nous sommes préoccupés par les impacts de cette situation sur les jeunes de l’arrondissement qui recevaient des service de cet organisme, a-t-il écrit au Guide dans un échange de textos. Nous suivons la situation de près et nous souhaitons que ces services soient rétablis dans les meilleur délais. »

Au moment de la mise en ligne, Horizon jeunesse n’avait pas été en mesure de répondre à la demande d’entrevue du Guide.