Montréal-Nord
16:40 12 mars 2020 | mise à jour le: 12 mars 2020 à 16:40 temps de lecture: 5 minutes

Des lieux de culte sur la sellette à Montréal-Nord

Des lieux de culte sur la sellette à Montréal-Nord
Photo: Olivier Faucher - Métro Média

En raison de l’adoption prochaine d’une nouvelle règlementation, une dizaine de lieux de culte non conformes de Montréal-Nord pourraient être forcés de déménager. Situés pour la plupart en secteur résidentiel, ils auraient six mois pour se trouver un nouvel emplacement.

L’arrondissement a présenté ses règlements visant à mettre un terme à la prolifération des lieux de culte sur son territoire et à rendre conforme ceux qui y sont déjà installés. Le zonage sera modifié afin d’interdire aux églises, mosquées et autres lieux religieux de s’établir dans des zones résidentielles.

D’éventuels nouveaux lieux de culte devront s’installer dans l’une des neuf zones «autorisées» ou l’une des 29 zones «conditionnelles», confinées dans des secteurs industriels et commerciaux de l’arrondissement. Aucun lieu de culte ne pourra s’installer dans un bâtiment qui comporte un usage résidentiel.

«L’objectif est que les lieux de culte soient tous régularisés», explique la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black. Elle précise vouloir freiner la prolifération tout en évitant de fermer des endroits déjà actifs.

Relocalisations

En consultant la liste des 59 lieux de culte déjà actifs à Montréal-Nord, et la carte des zones fournie par l’arrondissement, le Guide a constaté que 17 établissements se trouvent actuellement en zone non-autorisée.

Pour le zonage, ces lieux bénéficient d’une clause de droits acquis. Toutefois, les lieux qui ont failli à se conformer aux règles au moment du dépôt des règlements, le 2 mars dernier, devront être «relocalisés». L’arrondissement a indiqué qu’il est «impossible» de savoir précisément combien d’endroits se verront imposer une relocalisation, mais que le chiffre devrait «tourner autour de dix».

Un délai de trois mois leur sera accordé pour quitter les lieux après l’adoption du règlement en juin, ce qui irrite le président du Conseil des leaders religieux de Montréal-Nord, Serge Célestin.

«Le délai est trop brusque et arbitraire, croit-il. Ces endroits ont quand même signé des baux.»

De son côté, l’arrondissement promet d’offrir un accompagnement dans une démarche de relocalisation.

L’administration locale était pressée d’agir par l’Ombudsman de Montréal. Dans un rapport publié en 2016, ce dernier faisait état de lieux de culte qui fonctionnaient sans autorisation, dans le non-respect des normes de sécurité, ou qui causaient des nuisances au voisinage.

Distinction

Alors que certains endroits qui s’affichaient comme «centres communautaires» brouillaient les cartes quant à leur réelle vocation, l’un des deux règlements comprend des définitions pour mieux distinguer un lieu de culte d’un centre communautaire.

Pour être considéré centre communautaire, il faudra être un «espace destiné à des fins de rencontres et d’activités de groupe, sociales ou autres».

Un lieu de culte y est plutôt défini comme étant un «espace de rassemblement d’un groupe religieux qui lui est consacré aux fins de la pratique du culte, que cette activité soit exclusive ou non».

Stationnement

Le nouveau règlement vise également à limiter le nombre de lieux de culte dans les zones d’emploi, car la forte affluence de fidèles dans ces secteurs a pour conséquence de diminuer le nombre de places de stationnement.

Ceux qui s’y trouveront devront avoir un minimum d’une case de stationnement par 50 mètres carrés de superficie de plancher. Si ce quota n’est pas atteint, une étude de stationnement sera nécessaire pour qu’une demande soit approuvée.

Les deux règlements encadrant les lieux de culte feront l’objet d’une assemblée publique le 7 avril prochain. Leur adoption est prévue pour le 1er juin.

Serge Célestin, qui représente une vingtaine de lieux de culte nord-montréalais de diverses confessions, se dit en accord avec le règlement dans son ensemble. Il souligne d’ailleurs la bonne relation qui s’est installée entre lui et l’administration locale.

«L’administration de Gilles Deguirre était complètement fermée face aux nouveaux lieux de culte, dit-il. Avec l’administration de Christine Black, l’ouverture est probante et on s’entend bien», ajoute celui qui est aussi pasteur à l’Église Évangélique Baptiste Manahaïm, située dans un bâtiment du quartier industriel.

«On a eu une excellente collaboration avec les leaders des lieux de culte, pense également la mairesse Christine Black. C’est une démarche innovatrice et je tiens à les remercier publiquement.»

Nouveau zonage en lien avec les lieux de culte

9 zones d’usage de plein droit

l n’y a pas de limitation du nombre de lieux de culte dans ces zones. Dans ces secteurs se trouvent principalement les églises établies de Montréal-Nord.

29 zones d’usage conditionnel

Les lieux de culte déjà présents dans ces zones peuvent y rester. Cependant, si le nombre de lieux de culte est de 2 ou plus, un nouveau lieu de culte ne pourra pas  s’y installer.

Zones non autorisées

Aucun nouveau lieu de culte ne peut être situé dans ces zones qui sont majoritairement résidentielles. Ceux qui le sont actuellement bénéficient d’une clause de droits acquis, pourvu qu’ils se soient conformé aux nouvelles exigences de l’arrondissement au moment du dépôt du règlement.

 

Articles similaires