Montréal-Nord
14:02 26 mars 2020 | mise à jour le: 26 mars 2020 à 15:23

Briser l’isolement des aînés, un appel à la fois

Briser l’isolement des aînés, un appel à la fois
Photo: Archives Métro Média

Dans les prochains jours, des bénévoles commenceront à contacter régulièrement par téléphone au moins une centaine d’aînés de Montréal-Nord. L’initiative vise à briser l’isolement en cette période de confinement préventif.

Le service des «p’tits bonjours» est donné par le Centre d’Action bénévole (CAB) de Montréal-Nord. Il consiste à établir des correspondances entre des aînés qui se sentent seuls et des bénévoles qui les appelleront pour discuter. Normalement, entre 15 et 20 aînés de Montréal-Nord sont inscrits.

Or ce service prendra une ampleur exceptionnelle en période de pandémie de coronavirus.

«On va multiplier les appels pour créer une chaîne de solidarité qui va permettre à des gens de briser l’isolement et de rassurer toute la population aînée de Montréal-Nord», explique la directrice Isabelle Desrochers, qui souligne que beaucoup d’aînés, même les plus actifs, devront rester seuls au cours des prochaines semaines.

Pour l’occasion, le service élargi sera renommé «les extraordinaires p’tits bonjours ». Il n’est même pas encore lancé que le CAB a reçu une centaine de demandes venant d’aînés en confinement et de nouveaux bénévoles qui souhaitent participer.

«Le téléphone ne dérougit pas. Ça a explosé depuis lundi.» -Isabelle Desrochers, directrice du Centre d’action bénévole de Montréal-Nord

Un appel qui peut faire la différence

Les bénévoles participants auront une liste d’aînés avec qui correspondre afin de garder un contact. Pour l’instant, le CAB prévoit qu’il pourra appeler chaque aîné jusqu’à deux fois par semaine. Il n’est toutefois pas exclu que la correspondance soit plus fréquente si le nombre de bénévoles est plus important.

Retraitée du milieu de l’enseignement, Diane Bélair fera partie des bénévoles qui contacteront les aînés. Elle pense que son rôle fera une différence dans les prochaines semaines. «J’ai l’impression que ça va être vraiment important pour eux dans la journée des aînés qui sont plus isolés, dit-elle. Peut-être même que ça peut faire la différence entre être un peu déprimé et avoir une lueur d’espoir.»

Mme Bélair, qui possède aussi une formation en gérontologie, compte donner «pas mal de son temps» afin de jouer un «rôle social et être utile, tout simplement».

Comme un ami

Les bénévoles seront d’abord appelés à demander une mise à jour sur la situation de chaque aîné et sonder leurs besoins de base. Ensuite, ils pourront discuter.

«On va leur demander comment ça va, comment ils prennent ça, la situation actuelle; on va discuter de leur famille de leurs enfants, informe Mme Desrochers. L’idée est d’avoir une discussion comme si c’était un ami ou un membre de la famille qui appelait.»

Le service qui devrait débuter jeudi n’est toutefois pas exclusif aux aînés. «N’hésitez pas à vous inscrire, incite Mme Desrochers. On va trouver une façon de se soutenir tout le monde ensemble».

Les intéressés à participer aux Extraordinaires petits bonjours peuvent communiquer avec les organisateurs au 514-328-1114 poste 104.

Articles similaires