Montréal-Nord
19:45 16 avril 2020 | mise à jour le: 16 avril 2020 à 19:53

Coronavirus : la forte hausse de cas à Montréal-Nord inquiète la députée

Coronavirus : la forte hausse de cas à Montréal-Nord inquiète la députée
Photo: Olivier Faucher - Archives Métro MédiaLa députée de Bourassa-Sauvé, Paule Robitaille.

Alors que le nombre de cas de coronavirus à Montréal-Nord connait une augmentation fulgurante au cours des derniers jours, la députée de Bourassa-Sauvé déplore un manque de transparence dans l’information dévoilée par la Santé publique de Montréal.

Le 12 avril, Montréal-Nord comptait 291 cas de coronavirus. Selon le bilan mis à jour aujourd’hui, il y a maintenant 443 personnes infectées demeurant dans le secteur. C’est une augmentation de 52% en quatre jours. Proportionnellement à sa population, l’arrondissement est désormais parmi ceux les plus frappés par l’épidémie. On y compte 525,9 cas par 100 000 personnes. Seuls Côte-Saint-Luc et Outremont présentent des taux d’infection plus élevés.

Qu’est-ce qui explique cette forte augmentation? Où sont concentrés les cas? Les autorités sanitaires refusent de dévoiler ces détails, ce qui frustre la députée de Bourassa-Sauvé, Paule Robitaille.

«Je tourne en rond et on ne me donne pas l’information que j’aimerais avoir, dit-elle. On doit comprendre comment bouge la contagion dans nos secteurs. S’il y a un foyer dans un immeuble, dans un secteur ou un quartier, c’est important de le savoir. Ça me permettrait de mieux aider la population en tant que députée» -Paule Robitaille, députée de Bourassa-Sauvé

Métro Média a interpellé la Direction régionale de la santé publique de Montréal (DRSP) pour lui demander des explications et des détails sur la hausse importante du nombre de cas à Montréal-Nord. Celle-ci nous a référé au CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal. Contacté par Métro Média, le CIUSSS n’a pas été en mesure de fournir ces détails et a renvoyé la balle à la DRSP.

Où sont les autres cas?

Questionnée au sujet des chiffres sur Montréal-Nord lors de son point de presse, la directrice de la Santé publique de Montréal Mylène Drouin a affirmé qu’elle «regarderait de plus près les chiffres du secteur».

«Les augmentations que nous observons sont majoritairement liées aux éclosions dans les CHSLD, et non à la transmission communautaire», a-t-elle affirmé.

Pourtant, à Montréal-Nord, les cas répertoriés dans ces établissements ne représentent même pas le quart du total d’infections confirmées sur le territoire, selon le recensement des cas de COVID-19 dans les CHSLD et résidences privées pour aînés du Québec, récemment dévoilé par le gouvernement du Québec.

«On parle beaucoup des CHSLD et la situation y est très grave, mais il y a des foyers d’infection potentiels dans les OBNL d’habitation, dans les HLM ou dans les immeubles où on a beaucoup d’aînés et une population vulnérable dont la santé n’est pas la meilleure, soulève Paule Robitaille. J’espère que les autres cas ne sont pas dans ces endroits-là, où il y a une grande densité de population.»

Appelée à commenter la situation, la mairesse de Montréal-Nord , Christine Black, s’est dite «préoccupée depuis le jour un».

«Cette progression du nombre de cas nous rappelle l’importance de respecter les consignes de santé publique, a-t-elle déclaré dans un courriel. J’invite tous les Nord-Montréalais à respecter le deux mètres de distanciation sociale, à se laver les mains régulièrement et à sortir le moins possible de la maison.»

Articles similaires