Montréal
17:29 29 mai 2020 | mise à jour le: 29 mai 2020 à 17:29

La propagation du coronavirus ralentit à Montréal-Nord

La propagation du coronavirus ralentit à Montréal-Nord
Photo: Olivier Faucher - Métro Média

Des données publiées cette semaine par la Direction régionale de la santé publique de Montréal montrent un signe d’aplatissement de la courbe de le COVID-19 à Montréal-Nord.

Du 19 au 25 mai, le nombre de nouvelles infections (149) a baissé de 26% par rapport à celui de la semaine précédente, peut-on lire dans un état de situation rendu public cette semaine.

L’arrondissement demeure tout de même le territoire montréalais le plus touché de par la pandémie, avec 2334 cas, selon les plus récentes données. On y compte 178 décès.

«Je ne suis pas médecin, mais je vois qu’on est sur une bonne lancée, réagit la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black. Les choses se stabilisent, vont même en régressant. En même temps, je me dis qu’il ne faut pas lâcher et se dire qu’on est redevenu à la normale. La pandémie est loin d’être terminée.»

Will Prosper de l’organisme Hoodstock, qui coordonne une mobilisation communautaire pour lutter contre la pandémie, pense que celle-ci commence à porter ses fruits.

«C’est un signe encourageant, dit-il. En même temps, il faut faire attention. Ça ne prend pas grand-chose pour que ça reparte vers le haut.»

Dépistage

Si le dépistage a connu certains ratés à Montréal-Nord au début du mois, il a été plus efficace dernièrement, alors que des cliniques mobiles ont été présentes à plusieurs endroits dans l’arrondissement au cours des dernières semaines.

«On sait qu’il y a eu un bon nombre de dépistages, souligne Christine Black. Le fait qu’il y a moins de cas envoie encore plus un signal intéressant pour nous.»

La députée de Bourassa-Sauvé, Paule Robitaille, qui a milité pour obtenir de meilleurs services de dépistage dans son comté, pense qu’il faut continuer à encourager la population à aller se faire tester.

«Il y a eu beaucoup d’amélioration depuis le début. Il faut continuer à être proactif sur le terrain.»

Protection

À Montréal-Nord, le nombre de cas élevé s’explique en partie par la surreprésentation des travailleurs essentiels qui y habitent, dont ceux du domaine de la santé.

Pour combattre efficacement la pandémie dans l’arrondissement, il faut que ces personnes soient bien protégées au travail, soulève Mme Robitaille.

« Il y a encore des grosses améliorations à faire pour que les travailleurs de la santé soient bien protégés pour aller au travail et briser ce cercle vicieux à la source.»

Du côté de la population, la conscientisation a été particulièrement efficace, selon ce qu’a pu observer Will Prosper.

«À Montréal-Nord, je vois les mesures que les gens prennent. Les gens portent tellement le masque, ça ne se compare même pas quand on se promène dans le reste de l’île.» -Will Prosper, cofondateur de l’organisme Hoodstock

Articles similaires