Montréal-Nord
16:42 26 juin 2020 | mise à jour le: 29 juin 2020 à 17:05 temps de lecture: 3 minutes

Un hommage au lieu d’un bal pour des finissants de l’école Henri-Bourassa

Un hommage au lieu d’un bal pour des finissants de l’école Henri-Bourassa
Photo: Olivier Faucher/MétroUne élève défile sur le tapis rouge lors de la cérémonie pour les finissants de l’École Henri-Bourassa.

À défaut de s’éclater dans un bal des finissants, les élèves de cinquième secondaire de l’école secondaire Henri-Bourassa ont pu revoir leurs camarades de classe et être honorés lors d’une cérémonie en personne dans l’établissement scolaire.

«Je trouve que c’est bien, exprime la jeune Jenima. Au moins on a quelque chose. Plusieurs écoles n’ont rien eu. On a l’opportunité de voir nos amis pour la dernière fois.»

Un par un, les élèves de la cohorte 2020 ont foulé le tapis rouge avant d’entrer dans leur école où ils ont reçu un masque à l’effigie de l’école, une clé d’honneur, ainsi qu’un diplôme. Ils ont été pris en photo devant un décor festif.

«C’est un peu bizarre parce qu’on aimerait donner des câlins, On fait ce qu’on peut.» Bianca Di Liberio, enseignante

Alors que les consignes de santé publique ont évolué rapidement au cours des dernières semaines, l’école a dû s’ajuster en un temps record pour organiser ce type d’événement. Une douzaine d’enseignants ont réussi à l’organiser en plus ou moins deux semaines.

«On a dû se revirer de bord deux fois avant d’en arriver à cette forme-là», raconte le directeur adjoint de l’école, Nicolas Lepore. Au début, c’était virtuel. Chaque élève aurait filmé une petite capsule et il y aurait eu un montage.»

Mais le directeur adjoint ne se le cache pas, tous préféraient de loin pouvoir célébrer en personne. «Quand on a eu le OK, on était emballé», dit-il.

Environ 220 élèves étaient présents sur une cohorte de 350.

Un bal toujours possible pour les finissants de l’école Henri-Bourassa

Le comité d’organisation du bal des finissants souhaite toujours que les élèves aient droit à leur bal des finissants, quitte à ce que l’événement ait une forme différente de ce qui était prévu.

«On espère pouvoir le faire et on est déjà en train de penser à ça», indique l’enseignante en arts dramatiques Christine Lemay.

Même son de cloche chez le directeur adjoint qui garde la porte ouverte à ce que l’école l’organise.

«Ce serait fort possible, mentionne-t-il. Si ce n’est pas un bal, ce serait un souper où on va regrouper tous les finissants ensemble. Ça va dépendre aussi de comment va se passer la rentrée».

Les finissants de la cohorte 2020 peuvent donc garder espoir, alors que certains avaient déboursé des centaines de dollars pour leur tenue de bal avant que la pandémie ne frappe le Québec.

Articles similaires