Montréal-Nord
17:14 1 octobre 2020 | mise à jour le: 1 octobre 2020 à 17:14 temps de lecture: 2 minutes

Forte hausse des voies de fait à Montréal-Nord en 2019

Forte hausse des voies de fait à Montréal-Nord en 2019
Photo: Josie Desmarais/MétroUne voiture de police du SPVM

Le nombre de voies de fait rapportés aux policiers à Montréal-Nord a bondi de 27% entre 2018 et 2019, selon le dernier rapport annuel du SPVM.

Le Poste de quartier 39 (PDQ) a reçu 1004 plaintes pour voie de fait l’an dernier. Il n’y en avait eu que 790 l’année précédente.

Le nombre de tentatives de meurtre (13) a presque doublé en 2019 par rapport à 2018 (7). Un homicide a été répertorié l’année dernière sur le territoire nord-montréalais, alors qu’il n’y en avait eu aucun en 2018.

La violence conjugale, une cause possible

Selon le SPVM, l’augmentation des voies de fait pourrait s’expliquer entre autres par le fort taux de violence conjugale recensé à Montréal-Nord.

«C’est une partie de la réponse, explique la lieutenante du PDQ 39, Julie Bessette. Ce n’est pas nécessairement juste de la violence conjugale, mais on est conscient que c’est une problématique assez importante.»

Le PDQ 39 a pris conscience de cet enjeu important au cours des dernières années. Il a d’ailleurs instauré un projet de prévention auprès des jeunes, mais celui-ci a dû être suspendu en raison de la pandémie et de l’attente de financement.

«On veut promouvoir des alternatives autres que la violence dans l’expression des jeunes et [les inciter à se servir] de leur pouvoir d’intervention lorsqu’ils sont témoins de situations violentes», souligne Mme Bessette.

Pour le chef remplaçant du PDQ 39, Alain Cardinal, il faudrait toutefois «creuser davantage» afin de fournir une explication complète à la hausse des voies de fait.

Violence à la hausse ?

Plusieurs tentatives de meurtre ont été rapportées par les médias depuis le milieu de l’été à Montréal-Nord. Pour M. Cardinal, les crimes violents «semblent être orientés vers une augmentation» encore cette année.

«C’est pour ça qu’il y a eu une augmentation du personnel en place et les opérations porte-à-porte», souligne le chef replaçant du PDQ 39.

«Je ne pense pas qu’on ait à ce point une explosion du nombre d’événements, nuance-t-il. On veut mettre un frein à cette poussée qui a eu à la suite du déconfinement.»

Articles similaires