Côte-des-Neiges & NDG
16:40 7 octobre 2020 | mise à jour le: 7 octobre 2020 à 17:57 temps de lecture: 3 minutes

COVID-19: des quartiers «chauds» à Montréal

COVID-19: des quartiers «chauds» à Montréal
Photo: Josie DesmaraisLa Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal. / Josie Desmarais/Métro

La Santé publique de Montréal envisage d’intervenir de manière ciblée dans certains quartiers dont les indicateurs de nouvelles infections sont inquiétants. La progression de la COVID-19 est toutefois soutenue partout sur le territoire, alors que le taux de positivité des tests est en hausse.

La directrice régionale de la santé publique de Montréal, Mylène Drouin, a indiqué que les quartiers Montréal-Nord, Outremont et le Centre-Sud sont considérés «plus chauds en termes de nombre de nouveaux cas».

Selon un rapport hebdomadaire dévoilé mercredi, Montréal-Nord a enregistré 142 nouveaux cas au cours de la semaine du 29 septembre au 5 octobre. Outremont compte pour sa part 61 nouveaux cas.

Selon Dre Drouin, ce sont toutefois «tous les territoires montréalais qui sont en nette progression».

Par exemple, les secteurs Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles (149), Ville-Marie (157) et le Plateau-Mont-Royal (157) et Rosemont-La-Petite-Patrie (133) ont connu une nette augmentation par rapport à la semaine précédente.

L’ouest de Montréal est le secteur le moins touché sur l’île, alors que ses indicateurs demeurent en «zone orange».

Le Québec a enregistré aujourd’hui une légère baisse du nombre d’infections survenues dans les 24 dernières heures, avec 900.

«Dans notre perspective actuelle, on présente les données sur une semaine parce qu’il y a des variations journalières», a soutenu Dre Drouin, notant d’ailleurs que moins de dépistage est effectué la fin de semaine, ce qui peut avoir un effet sur les données du milieu de semaine.

Le nombre d’hospitalisations à Montréal a plus que doublé depuis la semaine dernière, avec 129, dont 44 occupent un lit en soins intensifs. Le premier ministre du Québec, François Legault, a fait part aujourd’hui d’un «risque réel» de rupture dans les hôpitaux de la province.

Le nombre d’aînés déclarés positifs à Montréal a également doublé en quelques semaines, alors que les autorités tentent d’éviter que la maladie atteigne les plus vulnérables.

Un taux de positivité en hausse

Bien que le Québec teste davantage qu’à la première vague, le taux de positivité est en progression à Montréal. Près d’une personne récemment dépistée sur 20 à Montréal a reçu un résultat positif au coronavirus, alors que le taux atteint désormais 4,9%.

«[Ça| témoigne clairement d’une transmission communautaire soutenue dans l’ensemble du territoire montréalais», a expliqué dre Drouin.

Pour que Montréal soit en zone rouge, le taux de positivité doit atteindre 5%. Or, certains quartiers de la métropole affichent un taux plus élevé.

Côtes-des-Neiges et Outremont sont les «plus chauds» dans cette catégorie, alors que près de 8% des test réalisés s’avèrent positifs.

Interventions ciblées

Dre Drouin a expliqué que les interventions ciblées dans les «quartiers chauds» se font à travers des cellules de crises locales.

«On regarde évidemment est-ce qu’on peut rehausser le dépistage, est-ce qu’il y a des enjeux de participation au dépistage. Il y a des quartiers qui vont faire jusqu’à du porte-à-porte. On va travailler avec les organismes communautaires pour faire du démarchage pour s’assurer que les gens se présentent au dépistage».

Articles similaires