Montréal-Nord

Des cours partagées plus vertes à Montréal-Nord

Line Boulianne, concierge et résidente des immeubles de la SHAPEM, et Ismaël Hautcoeur, chargé de projet à Paroles d’ExcluEs. Photo: Anouk Lebel/Métro Média

Semer quelques graines peut parfois donner de grands résultats. Une citoyenne de Montréal-Nord en a la preuve. Ses efforts de jardinage ont mené à un projet de verdissement participatif s’étendant à six immeubles comprenant en tout 73 logements et où résident 250 personnes.

Line Boulianne, concierge pour des logements sociaux de la rue Villeneuve, n’a jamais ménagé les efforts pour embellir la cour arrière partagée des immeubles où elle habite depuis une quinzaine d’années.

Petit à petit, avec des voisins, elle a creusé le sol pour y installer un chemin de dalles et y a planté quelques vivaces.

L’an dernier, elle a reçu un petit budget de la Société d’habitation populaire de l’Est de Montréal (SHAPEM) pour un projet de jardinage. Cette année, la voilà impliquée dans un projet de verdissement participatif financé à hauteur de 25 000$.

Espaces de rencontres

La SHAPEM, en collaboration avec l’organisme Parole d’excluEs et la Soverdi, a reçu le financement de la banque TB et de la Fondation Arbor Day pour un projet de mobilisation citoyenne.

Le chargé de projet de Paroles d’ExcluEs, Ismaël Hautcoeur, a profité de l’occasion afin que  d’autres résidents de la rue Villeneuve bénéficient de l’enthousiasme et de l’expertise de Mme Boulianne.

L’idée, c’est de montrer qu’on peut aménager des espaces extérieurs de façon écologique et avec peu de moyens, pour permettre aux voisins d’avoir des lieux de rencontre pendant la pandémie. 

Ismaël Hautcoeur, chargé de projet à Paroles d’ExcluEs

Il a accompagné le groupe pour faire fructifier les plantations. Des petits fruits, comme des gadelles et même des kiwis nordiques, côtoient désormais la vigne et les fraises. Des tables à pique-nique, des bancs et une pergola ont aussi été installés.

«On a construit les bacs à fleurs avec des palettes en bois recyclées», explique Ismaël Hautcoeur, déterminé à en faire le plus possible avec peu. Le nouveau cabanon est le fruit des économies ainsi réalisées.

Esprit de communauté

Il n’y a pas que le mobilier qui fait le jardin. Il y a aussi les gens. Derrière chez Mme Boulianne, les voisins se rassemblaient déjà à l’extérieur pour manger ou prendre un café.

Il y a eu un travail de mobilisation à faire dans les autres immeubles, où la concierge a joué un rôle pivot. L’ayant vue désherber et planter, les résidents n’osent plus laisser leurs déchets près des nouveaux arbustes.

«Quand l’espace est beau, les locataires deviennent fiers d’habiter là. Ils prennent soin des lieux, ils font plus attention», témoigne la résidente résolument engagée à embellir son milieu.

 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Montréal-Nord.

Articles récents du même sujet