Montréal-Nord

Geneviève Guilbault à Montréal-Nord: des organismes déçus

Photo de la rencontre avec Mme Guilbault
Une seule représentante des organismes de Montréal-Nord était présente à la rencontre avec la ministre Geneviève Guilbault. Photo: Twitter/Geneviève Guilbault

La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault était de passage à Montréal-Nord lundi pour prendre le pouls du terrain et parler de la violence armée avec des intervenants communautaires. Or, des organismes de l’arrondissement déplorent ne pas avoir été invités à la rencontre.

Sur Twitter, la ministre s’est targuée d’avoir rencontré «les femmes et les hommes de terrain, qui font la différence dans la vie de nos jeunes». Elle était accompagnée de la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, qui a écrit sur le même réseau social avoir rencontré des «organismes de Montréal-Nord qui connaissent très bien le terrain et nos jeunes».

Or, aucun des organismes jeunesse de l’arrondissement n’était présent.

Le directeur d’Un itinéraire pour tous, Ousseynou Ndiaye déplore ne pas avoir été invité. «Quand il y a un problème et des rencontres pour avoir l’heure juste, on nous met toujours en quarantaine», laisse-t-il tomber, cynique.

Même son de cloche de la part de Slim Hammami, coordonnateur du Café-Jeunesse Multiculturel, qui emploie les travailleurs de rue à Montréal-Nord. «C’est une grande déception de voir arriver des ministres comme ça en catimini. On aurait eu des choses à leur dire. »

La directrice et fondatrice des Fourchettes de l’Espoir, Brunilda Reyes, n’a pas été invitée, pas plus que des représentants de l’organisme Hoodstock, cofondé par Will Prosper. En fait, une seule représentante des organismes de Montréal-Nord était sur place : Hoda Essassi, directrice de la Table de quartier de Montréal-Nord.

Une rencontre pour tout le nord-est

En fait, la rencontre ne réunissait pas des organismes communautaires de Montréal-Nord, mais des représentants de différentes tables de quartier; celle de Montréal-Nord, mais aussi celles de Saint-Michel et de Saint-Léonard. Des intervenants de l’organisme Prévention Pointe-de-l’Île, des YMCA du Québec et des CIUSSS de l’Est et du Nord-de-l’Île de Montréal étaient aussi présents.

Hoda Essassi y a fait valoir l’importance d’agir à la source de la violence, en s’attaquant à des enjeux comme le logement et les espaces verts. Elle a aussi réitéré la nécessité de pérenniser le financement des organismes communautaires œuvrant sur le terrain.

«J’ai senti de l’ouverture de la part des ministres, mais il faut que ça se transforme en actions concrètes. Il faut qu’on essaie de sortir de l’urgence, de toujours venir nous consulter quand ça va mal, pour donner des sous par-ci par-là», a-t-elle affirmé en entrevue téléphonique.

Elle rappelle que Montréal-Nord a eu son lot de morts dans les dernières années et qu’un comité de mamans a été mis en place pour mettre fin à cette violence.

Pour sa part, la députée libérale de Bourassa-Sauvé, Paule Robitaille, ne cache pas sa frustration.

«Ça fait longtemps qu’on interpelle Mme Guilbault et Mme Rouleau au sujet de la violence dans Montréal-Nord. On leur a fourni des recherches, des études. Les voir arriver comme ça et agir comme si c’est nouveau, ça me fait me demander si ce n’est pas tout simplement un coup de marketing», a-t-elle dit.

Christine Black rencontre les ministres

La rencontre de Geneviève Guilbault et Chantal Rouleau avec les représentants des tables de quartier a été précédée d’une rencontre avec la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black.

«On a pu échanger sur les dossiers prioritaires à Montréal-Nord», a expliqué l’élue d’Ensemble Montréal.

Elle affirme avoir abordé, entre autres, les dossiers du plan Agir Ensemble et du Plan de développement social de la Table de quartier de Montréal, en plus des préoccupations concernant la sécurité publique dans la métropole.

La mairesse affirme que son administration a des échanges en continu avec la ministre déléguée à la Métropole, Chantal Rouleau. Il s’agissait toutefois de sa première rencontre formelle avec la ministre de la Sécurité publique. «Ça nous a permis de briser la glace», a-t-elle souligné.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet