Montréal-Nord
08:37 24 janvier 2012 | mise à jour le: 14 janvier 2015 à 14:21 temps de lecture: 5 minutes

La paroisse Ste-Colette: plus de 50 ans de vie et de mémoire!

Une chronique de Roger Lagacé, collaborateur citoyen

En 1945, la communauté chrétienne Sainte-Colette se donnait rendez-vous à l’angle de la 2e rue et la 45e avenue, soit à l’intersection des rues L’Archevêque et Charleroi. Qui se souvient de la rue Germaine? Ce petit bout de rue à la hauteur de Racette entre les rues Amos et Charleroi. C’était l’époque rurale. Pour communiquer avec Montréal, seul un tramway roulait sur les rails à la hauteur de la rue Henri-Bourassa, pour terminer sa course à la rue Pigeon.

Le 11 août 1960 se tenait la première assemblée des marguilliers. Il fut décidé de louer la maison sise au 11190 rue Racette. On aménagea le sous-sol afin d’y célébrer l’eucharistie et les sacrements. Monsieur le curé y résidait et avait son bureau au rez-de-chaussée.

M. l’abbé Damase Bleau a été nommé curé fondateur de la paroisse Ste-Colette en 1960 par le Cardinal Paul-Émile Léger. Dès la fondation de la paroisse, les marguilliers du temps ont acquis de Claude Legault Construction ltée, – actuellement la salle de la chorale commémore son nom – le terrain où fut construite l’église. En attendant cette construction, les offices religieux étaient présentés dans le gymnase de l’école Ste-Colette. Les services de M. André Ritchot, architecte, furent retenus. Les travaux commencèrent au printemps 1965 et la pierre angulaire fut posée à l’automne 1966 et les paroissiens assistèrent pour la première fois à un office religieux dans l’église à l’occasion de la messe de minuit, à Noël.

Le sacrement de baptême et les messes de semaine étaient célébrés à la chapelle du presbytère, sise dans un bungalow rue Albert Duquesne, angle boulevard Ste-Colette autrefois boulevard Fredmir, rebaptisé Ste-Colette le 27 septembre 1966. Les mariages et les funérailles avaient lieu à la paroisse Sainte-Gertrude.

Plusieurs pasteurs se succédèrent. M. l’abbé Bleau quitta ses fonctions en 1967. Puis fut nommé au mois de février 1967, le fondateur du Collège St-Paul, Émile Casavant. Le séjour fut de courte durée puisqu’il mourut au presbytère au mois de novembre 1967. Fut alors nommé l’abbé Victor Rondeau qui demeura en fonction jusqu’au mois de mars 1974. Jean-Guy Dansereau qui occupait le poste de vicaire depuis 1973 fut désigné quatrième curé de la paroisse.

En 1969, un tout jeune vicaire prit ministère à la paroisse. Il s’agit de monsieur l’abbé Pierre Benoit. Il fut nommé curé le 1er avril 1989. Les années 2000 connurent le déclin ecclésiastique. En conséquence, le 1er septembre 2001, les décideurs ecclésiastiques ont procédé à la création d’une unité pastorale unissant les paroisses Ste-Colette et Saint-Camille. M. l’abbé Pierre Benoit, fut désigné curé fondateur. Chaque paroisse conservait le même territoire paroissial, sa fabrique et son administration.

Ce prêtre, maintenant retraité, fut au service de ses ouailles pendant plus de 30 ans. N’empêche qu’il apporte un soutien apprécié à la paroisse. Son leadership, son travail, sa communication, laisseront un souvenir indéniable.

Les limites de la paroisse sont à l’ouest l’avenue Salk, au sud le boulevard Henri-Bourassa, à l’est l’arrondissement Rivière-des-Prairies et au nord la rivière-des-Prairies.

Le développement de la paroisse Ste-Colette fut remarquable. La décennie 1975 à 1985 fut notée comme étant la paroisse la plus populeuse du Canada: 18 000 familles dont 46 000 paroissiens. On y célébrait entre 150 et 190 mariages et 650 baptêmes. En 1985 le 25e anniversaire de la paroisse fut fêté..

La paroisse Ste-Colette compte quatre écoles primaires: Ste-Colette, Le Carignan, Jules-Verne et Adélard-Desrosiers et l’école secondaire Henri-Bourassa.

L’organisme communautaire «les loisirs paroissiaux Ste-Colette» existe depuis 1960. M. Gilles Deguire en a assumé la direction pendant 15 ans, offrant aux paroissiens différentes activités divertissantes, enrichissantes, éducatives et culturelles. Au mois de novembre 2009, M. Gilles Deguire fut élu maire de l’arrondissement de Montréal-Nord et en 2011 il fut nommé par M. Gérald Tremblay, maire de Montréal, membre du comité exécutif de la ville de Montréal. M. Deguire assume la responsabilité du dossier Habitation et logement social.

M. Marcel Parent est résident de la paroisse Ste-Colette. Il a assumé plusieurs fonctions politiques. Élu député libéral dans le comté Sauvé à plusieurs reprises, Marcel Parent est élu et nommé maire de l’arrondissement Montréal-Nord de la nouvelle Ville de Montréal au mois de novembre 2001.

De même madame Line Beauchamp, vice-première ministre du Québec et Ministre de l’éducation, du Loisir et du Sport au Québec, réside dans cette paroisse.

De nombreuses activités sont offertes au plan communautaire. Les aînés ont leur club de l’âge d’or. Madame Paulette Richard en assume la présidence depuis plusieurs années. Le secteur culturel est pris en charge par madame Maryse Deguire. La chorale anime la messe dominicale et a présenté à ce jour plusieurs concerts. Les Scouts et les Guides accueillent les jeunes de ce territoire.

La messe du 50e fut célébrée au parc Aimé-Léonard, à 10 heures le 11 juillet 2010 .M. Pierre Benoit assumait la Présidence d’honneur du 50e anniversaire de l’unité paroissiale Ste-Colette et Saint-Camille. M. Richard Depairon, curé de ces paroisses, présidait le comité organisateur.

Une armée de bénévoles dynamiques assurent le succès de la vie paroissiale: marguilliers, catéchètes, animateurs, loisirs et culture.

Cette paroisse est une des plus vivantes et viables du diocèse de Montréal.

Articles similaires