Ouest-de-l’Île

Beaconsfield: consultations publiques sur fond d’inquiétudes

Photo: François Lemieux/TC Media

Deux consultations publiques tenues lundi soir à Beaconsfield ont causé une levée de boucliers. De nombreux citoyens se sont opposés à la deuxième version d’un projet de maisons de ville bloqué en avril ainsi qu’à un projet d’immeubles résidentiels qui, à une hauteur de quatre étages, constituerait une première pour la municipalité.

Les deux plans de développement résidentiel présentés à l’hôtel de ville nécessitent des changements de zonage. Sur le terrain vague situé au 100, Beaurepaire Drive, la firme Construction Jean Houde Prestige souhaite construire 18 maisons en rangée en faisant changer le zonage de commercial à résidentiel.

En avril, le conseil avait refusé de s’engager dans un processus référendaire après que 172 signatures eurent été amassées dans un registre s’opposant à un projet de 22 maisons de ville du même développeur.

Le plan a depuis été modifié pour prévoir 11 places de stationnement extérieures. Par ailleurs, au lieu de fournir un montant d’argent pour la taxe de parcs, le promoteur livrera à la ville une parcelle de terrain boisée de 498 mètres carrés correspondant à 10 % du terrain à développer.

Le conseil a aussi proposé un changement de zonage pour le 205, Alton Drive, où était autrefois situé un centre sportif.

Les élus souhaitent faire augmenter le nombre d’étages permis de trois à quatre, tout en gardant la hauteur maximale à 13 mètres. Le promoteur KF Construction veut bâtir quatre immeubles résidentiels de luxe, un projet d’un total de 154 logements, qui compterait un certain nombre de logements de type «penthouses» au quatrième étage.

C’est 65% de la surface du site qui serait réservé pour des espaces verts et 236 places de stationnement intérieures sont prévues, dont 41 pour handicapés.

100, Beaurepaire Drive
Répondant aux inquiétudes partagées par rapport à l’accroissement du trafic, le directeur de l’aménagement urbain de la Ville, Denis Chabot, a précisé que l’impact du projet serait de neuf voitures additionnelles sur une période de pointe de trois heures.

«Il y a des chances que des gens demeurant si près d’une gare vont prendre le train, argue-t-il. C’est possible également qu’ils ne prennent qu’une seule voiture pour aller travailler. Des gens peuvent faire du télétravail aussi. Ce n’est jamais 100 % des véhicules qui vont partir à l’heure de pointe ou au même moment».

Lidia Wozniak, une résidente, trouve insensé d’ajouter de nouvelles voitures dans une situation déjà très problématique.

«Ces 18 maisons de ville vont introduire des voitures dans un secteur où le trafic est horrible, fait-elle valoir. En quittant le matin, il y a du trafic se dirigeant vers la rampe d’accès à l’A20. À partir de 15h, revenir du centre d’achats, c’est l’enfer».

205, Alton Drive
Des résidents ont vanté les mérites de ce développement qui permettrait aux gens âgés de continuer d’habiter Beaconsfield sans avoir à s’occuper d’une maison unifamiliale.

«J’ai une maison avec cinq chambres à coucher. Je cherche depuis un moment un autre endroit pour m’installer, a lancé Larry McKinnon, un résident de 63 ans. Nous avons besoin d’immeubles comme celui-ci avec un ascenseur pour que les gens plus âgés puissent profiter de Beaconsfield aussi».

Plusieurs autres citoyens ont exprimé diverses inquiétudes.

Lorne Smith a avancé que «la majorité des résidents de Beaconsfield» ne veulent pas d’un développement de quatre étages et que ce développement créerait un précédent pour la Ville.

Il a aussi souligné que le centre sportif se situait sur une dénivellation, ce qui pourrait causer de la confusion dans l’interprétation de la limite de hauteur permise.

Selon M. Chabot, le terrain se trouve environ six pieds plus bas qu’Ahmerst Road, la rue qui borde le site au Nord. La dénivellation sur la rue Elm au Sud du site est nulle.

Susan Pengelley, dont la maison de ville se trouve à quelques mètres au Nord du développement, s’inquiète de voir le promoteur ramener le sol au niveau de la rue avant de construire. Le nouvel développement en viendrait à surplomber sa maison de 3,8 mètres.

Un responsable du projet a indiqué à TC Media que le terrain serait en effet remblayé jusqu’au niveau de la rue, mais que le quatrième étage serait réservé pour des logements de style «penthouses» qui pourraient disposer de terrasses. Cela pourrait réduire la hauteur perçue pour certains voisins.

Les citoyens désirant s’opposer aux projets présentés lundi auront l’occasion, au cours des prochains mois, de demander un registre pour chacun des changements de zonage proposés.

Des référendums pourraient être tenus afin de décider de l’avenir des projets présentés.

Articles récents du même sujet