Actualités
16:39 3 juin 2017

Une chanteuse de Pointe-Claire à l’École nationale de la chanson

Une chanteuse de Pointe-Claire à l’École nationale de la chanson
Photo: Photo: Courtoisie

Une jeune chanteuse folk-pop de Pointe-Claire a vécu, au cours des 10 derniers mois, l’expérience d’une vie. Elle obtiendra, le 8 juin, son diplôme de l’École nationale de la chanson, à Granby, qui offre la seule formation à long-terme pour auteurs-compositeurs-interprètes au Canada.

«Ça a été une année vraiment exceptionnelle, une des plus belles de ma vie. Je sais maintenant comment foncer vers ce métier. Si je travaille fort, il y a moyen d’y arriver. J’ai maintenant les outils pour le faire», s’exclame Marie-Ange Crochetière.

Adolescente, la chanteuse maintenant âgée de 25 ans a étudié en volet musique à l’École secondaire Jean XXIII de Dorval. Ayant par la suite travaillé dans plusieurs domaines, la musique est toujours demeurée une partie intégrante de sa vie.

«Puis, j’ai vu cette formation disponible. J’avais vraiment envie de tripper avec des gens qui font la même chose que moi et d’avoir des outils pour m’y mettre réellement», indique-t-elle.

Technique d’écriture, composition musicale, stimulation de la création, interprétation scénique, technique vocale, théorie musicale d’instrument, enregistrement, volet gestion de carrière: l’École nationale de la chanson offre tout pour vraiment comprendre l’industrie selon la jeune chanteuse.

«Ce sont tellement des outils indispensables, une formation complète pour se lancer, pour s’outiller et par où commencer. Venir ici a été ma meilleure décision. Ça a été une année de croissance personnelle incroyable, de prise de conscience que je pouvais vraiment faire ça dans la vie. Je ne vois pas comment j’aurais pu commencer ma carrière sans ça», souligne-t-elle.

Le directeur de l’école, Bruno Robitaille, confirme d’ailleurs que le séjour de Crochetière lui a été profitable.

«Marie-Ange a fait peu de scène avant de venir ici. Elle a acquis beaucoup de confiance et a vraiment progressé pendant son séjour. Ça prend du courage pour interpréter ses propres chansons sur scène. Elle a un très beau talent. Elle écrit bien, a une excellente voix», fait-il savoir.

Peu connue
Fondée en 1999 par Robert Léger, ex-membre du groupe Beau Dommage, l’école a vu 242 auteurs-compositeurs-interprètes y obtenir un diplôme, dont Lisa Leblanc, Damien Robitaille et Alex Nevsky.

Bien connue dans l’industrie de la musique, de nombreux artistes connus y viennent régulièrement à titre de conférenciers, selon le directeur, Bruno Robitaille. Cette année, Philippe Brach, Vincent Vallières et Robert Léger sont venus rencontrer les étudiants.

Si elle est connue dans le monde de la musique, l’école demeure toutefois relativement méconnue du grand public.
«Je travaille fort pour faire connaître l’école et on fait de bons progrès. On a de plus en plus de candidatures d’année en année. On fait de plus en plus de spectacles hors nos murs à Granby. Plus on se fait connaître, plus il y a de candidats, plus on fait de spectacles, plus il y a de l’intérêt», explique M. Robitaille.

Chaque année, une soixantaine de personnes appliquent pour avoir la chance de suivre cette formation unique, mais seulement une quinzaine de candidats sont choisis.

«Il y a des gens qui ont déjà fait beaucoup de scène et d’autres moins. Nous, on regarde le potentiel du candidat», indique-t-elle.

Le programme se terminera, pour les 16 étudiants de la cohorte 2016-2017, le 8 juin avec un spectacle lors des Francofolies à la salle de spectacle L’Astral, sur la rue Sainte-Catherine.

Chaque étudiant présentera une de ses compositions. Plusieurs chansons seront interprétées en groupe. Philippe Brach sera l’artiste invité et les 16 étudiants l’accompagneront sur quatre de ses chansons.

Les billets pour le spectacle sont 25$ et disponibles à: http://www.francofolies.com/programmation/concert.aspx?id=13070
Pour en apprendre plus sur l’École nationale de la chanson: http://www.enchanson.ca.

112,50 $
Coût de la formation par session. Elle est reconnue comme une attestation d’études collégiales (AEC)