Ouest-de-l’Île

Élection des Libéraux: le Train de l’Ouest, sur la voie rapide?

L’élection de deux députés libéraux dans l’Ouest-de-l’Île, Francis Scarpaleggia et Frank Baylis, dans un gouvernement majoritaire libéral, pourrait signifier des développements rapides dans des dossiers clés de la région, notamment celui du Train de l’Ouest.

Rencontrés par TC Media, à peine une semaine après leur élection, les deux membres du nouveau gouvernement Trudeau se sont montrés plus qu’optimistes pour l’avenir et le développement de la région.

Alors que le député de Lac Saint-Louis Francis Scarpaleggia attend impatiemment des nouvelles de la Caisse de Dépôt et Placements du Québec afin de faire avancer le projet de Train de l’Ouest, le député de Pierrefonds-Dollard, Frank Baylis, doit pour sa part ouvrir un bureau de circonscription et apprendre les rouages des Communes.

Train de l’Ouest
«On attend la Caisse de Dépôt. On me dit que ça ne sera pas trop long», confie d’entrée de jeu M. Scarpaleggia au sujet du dossier du Train de l’Ouest.

Bien qu’il n’y ait rien d’acquis ni de confirmé dans le dossier, M. Scarpaleggia mentionne en effet que la participation fédérale au projet piloté par le gouvernement du Québec et la Caisse de Dépôt et Placements du Québec ne devrait pas trop tarder. Le député réélu rappelle que le nouveau gouvernement attend que la Caisse de Dépôt choisisse un trajet pour le projet.

«La Caisse va devoir à la suite de ses études, choisir un trajet. À ce moment-là, le gouvernement fédéral va entrer en ligne de compte à savoir de fournir un financement parce que Monsieur Trudeau a été clair là-dessus, il veut être un plein partenaire dans ce projet», affirme-t-il.

Du pain sur la plancheScarpaleggia and Baylis (12)
Frank Baylis, dans Pierrefonds-Dollard, se retrouve lui aussi devant une tâche colossale avec, entre autres, un bureau de circonscription à trouver, des employés à engager et tous les processus de la Chambre des Communes à apprendre.

«Je dois m’assoir avec les élus municipaux et provinciaux pour qu’on puisse voir quels sont les grands enjeux et comment on peut tous tirer ensemble dans la même direction. J’ai mes propres idées, mais en ce moment j’écoute les leurs et je commence à voir qu’il y a des besoins en commun», affirme M. Baylis.

Ce dernier mentionne entre autres le transport en commun, le pont de L’Île-Bizard et «travailler pour que Montréal redevienne une grande ville», comme ses objectifs.

«Je veux qu’on se relance. J’ai une idée d’utiliser nos langues et nos cultures diverses comme atout positif pour aller chercher des emplois, des entreprises, pour nous vendre. Il faut arrêter de se bagarrer sur des questions linguistiques et culturelles et travailler ensemble», affirme-t-il.

Il a beaucoup été question d’investissements en infrastructures lors de la campagne électorale. Les Libéraux ont notamment promis des investissements de 60 milliards $ sur dix ans et aussi d’appuyer le projet de Train de l’Ouest, un plan de bonification de l’offre de train entre le centre-ville et Sainte-Anne-de-Bellevue.

Les Libéraux ont fait élire 184 députés aux Communes le 19 octobre, dont 40 au Québec, pour former un gouvernement majoritaire.

Articles récents du même sujet