Ouest-de-l’Île
14:35 4 mai 2016 | mise à jour le: 4 mai 2016 à 18:19 Temps de lecture: 4 minutes

Autres plaintes de harcèlement à L’Île-Bizard – Sainte-Geneviève

Autres plaintes de harcèlement à L’Île-Bizard – Sainte-Geneviève
Photo: Archives TC Media

Alors que la saga Nancy Bergeron bat toujours son plein à L’Île-Bizard – Sainte-Geneviève, TC Media a appris que trois nouvelles plaintes de harcèlement, cette fois contre la chef de division de l’urbanisme, ont été portées à l’attention du directeur général de la Ville de Montréal, Alain Marcoux depuis l’automne.

Le sujet a d’ailleurs été abordé pendant la période de questions de la séance du conseil du 2 mai. À la suite de cette dernière, le conseiller municipal pour Sainte-Geneviève, Éric Dugas, a confirmé à TC Media que les plaintes concernaient Karina Chaou et que la ville-centre enquêterait en ce moment sur cette affaire.

«Une des trois plaintes a été déposée à l’automne et les deux dernières en février. Ce sont des questions d’attitude, des paroles vexatoires», indique Stéphane Meloche, conseiller syndical au Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal, section locale 429 qui n’a pas voulu identifier la personne visée par les plaintes.

Le maire, Normand Marinacci a indiqué pour sa part à TC Media que l’arrondissement avait l’intention de laisser la ville-centre mener son enquête.

«Je n’ai rien à dire là-dessus parce que c’est sous enquête. J’aurais pu faire l’enquête moi-même, mais j’ai donné la permission à la ville-centre de le faire. On va voir le résultat», mentionne-t-il.

Enquête de l’arrondissement?
Plusieurs membres du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SCFP) étaient présents lors de la dernière séance du conseil municipal de L’Île-Bizard – Sainte-Geneviève. L’agent en réparation Daniel Morin a demandé au maire Normand Marinacci si l’arrondissement avait l’intention de faire enquête sur la situation.

«Vous avez dépensé de l’argent pour enquêter dans le dossier de Mme [Nancy] Bergeron quand il y a eu des allégations pour pouvoir la protéger. Il y a maintenant trois autres plaintes qui ont été déposées par les travailleurs. Est-ce que vous allez engager des sommes pour procéder à une enquête?», a-t-il demandé.

Le maire, Normand Marinacci lui a répondu par la négative, mentionnant également que tout se passe bien pour la majorité des cols blancs dans l’arrondissement de L’Île-Bizard – Sainte-Geneviève.

«Pour les quelques employés qui ont des problèmes, on va s’assoir avec les représentants syndicaux. Je veux savoir quels sont les problèmes. Jusqu’ici, on ne m’a rien dit. On se plaint à Montréal et pas à moi. Je suis prêt à m’assoir avec les gens et à discuter de bonne foi», a-t-il affirmé.

M. Dugas trouve également surprenant que le maire ne lance pas d’enquête.

«C’est le même scénario qui continue. Ce sont à nouveau des plaintes de harcèlement. C’est surprenant que Monsieur Marinacci ne fasse pas enquête, opine-t-il. Je ne vois pas pourquoi il ne veut pas en parler. Je pense qu’il en a beaucoup dans son assiette», dit-il.

Il est à noter que le dépôt de plaintes à l’endroit d’un employé ou cadre d’un arrondissement ne confirme nullement la culpabilité de ce dernier.

Au moment de publier, la Ville-Centre n’avait toujours pas répondu aux demandes de TC Media sur le dossier en question.

Nancy Bergeron
Dans une décision rendue le 26 février, le Tribunal administratif du travail (TAT) a ordonné à la ville-centre de réintégrer la directrice d’arrondissement congédiée en août dernier, Nancy Bergeron, dans les 30 jours.

La Cour supérieure a débouté, le 14 mars, la Ville de Montréal qui souhaitait obtenir un sursis par rapport à sa réintégration.

L’administration Coderre souhaitait avoir suffisemment de temps pour porter la décision en contrôle judiciaire.

Articles similaires