Outremont & Mont-Royal
16:48 28 mars 2018 | mise à jour le: 28 mars 2018 à 16:48 Temps de lecture: 4 minutes

Techno et innovation à Outremont

Techno et innovation à Outremont
Photo: TC Media - Isabelle BergeronAnthony, le propriétaire de l'entreprise Connect and Go qui fabrique des bracelets qui permettent d'être connecté lors de festivals par exemple.

Qu’ont en commun le Super Bowl, le Village Olympique de Pyeongchang, la première mondiale du nouveau film de Spielberg au festival South by Southwest au Texas et le festival Osheaga? L’entreprise Connect&Go, basée à Outremont, qui a fourni des millions de bracelets intelligents.

Munis d’une puce de suivi RFID (de l’anglais radio frequency identification), les bracelets servent «au contrôle des accès, au paiement et tout ce qu’on appelle l’expérientiel, comme les concours», résume le président-directeur général et cofondateur, Anthony Palermo.

L’homme d’affaires de 38 ans et son associé Dominic Gagnon se sont positionnés au bon moment auprès des univers du spectacle, du sport et du divertissement.

«L’industrie était prête. Aussitôt que nous avons été présents pour livrer, ce sont eux qui sont venus nous chercher, indique M. Palermo. C’est de la stratégie, des efforts très pointus et aussi de la chance», estime-t-il.

L’histoire de Connect&Go a débuté en 2012, alors que les deux associés ont développé un système de fidélité pour les partisans de l’Impact de Montréal au stade Saputo. Quelques mois plus tard, ils signaient un contrat pour le contrôle d’accès à Osheaga.

«Après notre deuxième gros projet, ça a juste vraiment pris feu», lance M. Palermo.

D’Outremont à Paris

À la suite des Jeux de Pyeongchang, où l’entreprise assurait la technologie pour le contrôle de l’accès et du paiement dans le Village Olympique de 12 000 athlètes, des pourparlers ont été entrepris par l’équipe de Tokyo 2020, qui s’était déplacée en Corée du Sud pour visiter les installations.

«J’en suis à ma sixième rencontre à Tokyo depuis deux ans. C’est un dossier qu’on travaille, mais ce n’est pas signé. Ce type de projets prend des années à développer et à livrer», observe le cofondateur.

Anthony Palermo souligne qu’une importante part du travail, soit le développement du produit, l’ingénierie, le marketing et les ventes, est réalisée au siège social d’Outremont. «Notre équipe d’opérations se promène partout à l’international. On a des bureaux à Outremont, au Texas et, depuis peu, à Paris. L’Europe est devenue un marché important pour nous», précise-t-il.

L’entreprise devenue chef de file mondial en déploiement RIFD, les défis de croissance sont un enjeu constant. «L’équipe grossit de 30% à 40% par année. On est rendu à 52 employés. Ça va vite, mais on essaie de maintenir la philosophie d’une petite entreprise», souligne M. Palermo.

Spielberg  

Au festival de musique, cinéma et médias interactifs South by Southwest (SXSW)  à Austin au Texas, Connect&Go n’est pas passé inaperçue. L’entreprise y était invitée pour réaliser l’activation de la première mondiale du film Ready Player One du réalisateur oscarisé Steven Spielberg, il y a deux semaines.

«Ils ont recréé l’environnement du film et nos bracelets permettaient d’interagir dans l’application. Steven Spielberg a fait l’expérience et il a adoré, tout comme Elon Musk, le pdg de SpaceX et Tesla. C’est impressionnant d’installer ta technologie pour une légende», remarque fièrement M. Palermo.

Ironiquement, il vit dans une maison âgée de 140 ans à Hudson, loin de la techno. «Je n’ai pas de télévision, pas de IPad ni de micro-onde. Je veux m’assurer que mes enfants, qui vont vivre dans un monde saturé de technologie, prennent le plus longtemps avant d’y arriver», confie-t-il.

Parmi les prochains défis de l’entreprise située sur la rue Hutchison, notons l’exposition universelle de Dubaï en 2020.

 

Articles similaires