Culture
07:00 28 avril 2021 | mise à jour le: 28 avril 2021 à 16:37 temps de lecture: 4 minutes

Pour l’égalité entre les femmes et les hommes en culture

Pour l’égalité entre les femmes et les hommes en culture
Photo: Josie Desmarais/MétroAnik Salas, présidente de Réalisatrices Équitables.

Afin de rendre le domaine du cinéma et de la télévision plus équitable entre les femmes et les hommes, Réalisatrices équitables milite depuis de nombreuses années à promouvoir le travail des femmes dans l’industrie. L’organisme a récemment obtenu le prix Égalité Thérèse-Casgrain dans la catégorie Groupe de femmes.

«C’est une grande fierté d’être reconnue pour le travail de longue haleine. C’est très encourageant de voir que Réalisatrices équitables est reconnu parce que le travail qu’on fait n’a pas toujours été populaire», explique la présidente de l’organisme Anik Salas.

Le prix Égalité Thérèse-Casgrain est une distinction gouvernementale remise depuis 2007 pour souligner les réalisations qui contribuent à l’égalité entre les femmes et les hommes au Québec.

«La parité n’est pas encore atteinte. Il reste du travail à faire. On parle beaucoup de cinéma, mais on manque encore cruellement de femmes dans les publicités ou à la télévision pour des séries.», admet-elle.

Promouvoir

Réalisatrices équitables a pour mandat d’assurer une meilleure représentation des femmes et de leur image dans le domaine de la réalisation. En visant l’équité pour les femmes, l’organisme souhaite aussi qu’une place plus juste soit accordée à leurs préoccupations et à leur vision.

Ce travail de sensibilisation se fait également en demandant qu’il y ait une part égale du financement par les fonds publics.

«Ce qu’on demande, c’est que la partie du budget qui est octroyé pour produire la culture qu’on voit sur nos écrans, qu’il y ait 50% qui soient attribués aux réalisatrices mentionne Mme Salas.

Depuis quelques années, l’Office national du film du Canada (ONF), Téléfilm Canada et la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) se fixent comme objectif d’atteindre la parité dans le milieu cinématographique.

«On voit plus de projets réalisés par des femmes qui sont déposés et financés», note-t-elle.

«On voit que tout le monde y gagne d’avoir des films plus diversifiés sur nos écrans. Tout le monde peut voir des avantages de voir de plus en plus de réalisatrices qui vont participer à notre culture.» – Anik Salas.

S’engager

Anik Salas est à la présidence de Réalisatrices équitables depuis bientôt deux ans. Elle s’est également impliquée au conseil d’administration de l’organisme quelques années auparavant.

Récemment au cinéma avec le court-métrage fiction L’Aveuglement, à la télévision avec la série Triades créatives, ou encore, au Web avec Dames des vues, Anik Salas présente de nombreuses réalisations depuis ses débuts en 2015.

«Quand j’ai eu l’idée de devenir réalisatrice, c’est parce que je ne me sentais pas vraiment représentée dans la plupart des produits que je voyais à l’écran. J’ai vraiment envie que les modèles qu’on nous présente soient diversifiés», souligne-t-elle.

Son objectif rejoint les mandats de Réalisatrices équitables. Elle souhaite sensibiliser les femmes au métier de réalisatrice, mais aussi à celui de comédienne.

«C’est vraiment important que les femmes aient des modèles autant à l’écran que derrière l’écran, souligne Mme Salas. Les filles qui étudient aujourd’hui dans les écoles de cinéma, de télévision ou de médias interactifs, c’est important qu’elles aient des modèles féminins et qu’on leur parle de la cinématographie des femmes.»

Répertoire

Afin de permettre à un plus grand nombre de réalisatrices québécoises de se faire connaître du grand public, l’organisme du Plateau-Mont-Royal propose un cinéma en ligne.

Un hyper lien envoie ensuite l’utilisateur vers une autre plateforme. Certains films sont gratuits, alors que d’autres sont payants.

Sur le site Web de Réalisatrices équitables, on y trouve des fiches descriptives de réalisatrices québécoises. On peut également consulter les projets auxquelles elles ont collaboré.

Qui est-ce?

Thérèse Casgrain est une féministe québécoise qui a travaillé à faire reconnaître les droits des femmes, dont le droit de vote, entre les années 1920 et 1940. Elle a également cherché à obtenir l’égalité entre les femmes et les hommes sur les enjeux sociaux et juridiques.

Afin de souligner le 75e anniversaire de l’obtention du droit de vote et d’éligibilité des femmes québécoises, la distinction a été renommée prix Égalité Thérèse-Casgrain afin de rendre hommage à cette femme inspirante.

Articles similaires