Outremont & Mont-Royal

Rachel Archambault, passion de l’archéologie et mains dans le passé

Rachel Archambault dans des fouilles archéologiques. Photo: Gracieuseté - Rachel Archambault.

Son quotidien tourne autour d’objets qui ont plusieurs centaines d’années. Alors qu’elle finit bientôt l’université, Rachel Archambault est déjà saluée pour son engagement dans la diffusion de l’archéologie, avec le prix relève d’Archéo-Québec. Aujourd’hui, elle travaille comme chargée de projet à Archéolab Québec, financée par le musée Pointe-à-Callière, et qui présente une collection en ligne d’artefacts archéologiques.

Pour plusieurs, l’archéologie peut être vue comme un domaine poussiéreux. Même si certes, en pratique, la poussière du terrain fait partie du quotidien de bon nombre d’archéologues, le domaine attire toujours les jeunes générations.

Rachel Archambault s’est toujours sentie attachée à l’histoire et à l’archéologie. « J’aime le fait qu’en archéologie, il faut être extrêmement curieux. […] Il y a à la fois le côté terrain, le côté laboratoire, le côté archive, c’est vraiment un mélange parfait. ».

En plus de son certificat en histoire de l’art, elle obtient son baccalauréat en archéologie à l’Université Laval, dans laquelle elle poursuit avec la maîtrise. Lors de cette dernière, elle se spécialise dans la période du XIXe et XXe siècle, notamment à Québec. Même si l’époque est relativement récente, des fouilles archéologiques ont tout de même lieu.

À savoir à partir de quelle date une période est considérée comme affiliée à l’archéologie, le débat semble encore faire rage entre les experts.

Le parcours universitaire de Rachel Archambault est marqué par de nombreux engagements et expériences professionnelles. L’étudiante s’implique dans des projets et des petits emplois, à l’Université Laval pour les collections et les réseaux sociaux, ou encore comme guide dans des musées.

De son expérience dans la communication, elle se spécialise dans la culture matérielle. Il s’agit de l’analyse des artefacts archéologiques, qui inclut le lavage, l’inventaire et la stabilisation des objets. L’objectif de cette branche est de conserver les artefacts pour les futures générations. Depuis quelques mois, son rôle de chargée de projet pour Archéolab Québec l’amène à gérer de nouveaux projets liés aux artefacts, sur le site Internet de l’organisme.

L’archéologie pour tous

Alors que le mois de l’archéologie, du 1er au 31 août, bat son plein, plusieurs institutions centrent leur travail sur la vulgarisation de cette science.

Tout au long de son parcours, Rachel Archambault s’est donnée comme mission de diffuser au public les trouvailles archéologiques. Pour elle, il est important que les Québécois prennent connaissance des objets du passé. « Les gens ont une idée qui peut être un peu fixe sur l’archéologie, soit que c’est seulement de très vieilles choses ou qu’il n’y a pas grand-chose d’intéressant au Québec […], l’idée c’est de mettre en valeur le passé collectif et individuel mis de l’avant par l’archéologie ».

Sensibiliser les citoyens aux beautés du passé permet d’accroître les chances de conservation des artefacts. « On va avoir tendance à protéger ce qu’on connaît », ajoute Rachel Archambault. Pour elle, il est important de sortir l’archéologie de carcan scientifique.

Le désir de diffuser auprès du grand public ce domaine prend forme avec l’organisme Archéolab Québec. Accessible à tous, il permet de faire découvrir des objets trouvés dans l’un des nombreux sites de fouilles québécois. Un texte d’accompagnement propose une mise en contexte historique de ces artefacts. Plusieurs autres activités sont aussi mises en place pour amener les Québécois à s’intéresser à l’archéologie.

Le mois de l’archéologie vise à célébrer le domaine dans tout le Québec. Cette année, les projets se tiendront à la fois en ligne et en présentiel. La programmation complète est disponible sur le site d’Archéo-Québec.

Articles récents du même sujet