Outremont & Mont-Royal

17e édition de MOMENTA: de la nature à l’image

17e édition de MOMENTA: de la nature à l’image
La directrice générale de MOMENTA, Audrey Genois, et la commissaire invitée Stefanie Hessler Photo: Métro Média

La 17édition de MOMENTA Biennale de l’image, dont le thème est Quand la nature ressent a été lancée cette semaine. L’événement qui se tient jusqu’au 24 octobre rassemble plus d’une cinquantaine d’artistes réunis autour de 15 expositions dans différents espaces de diffusion de Montréal. 

Devant la Grande Bibliothèque mercredi soir, on se réjouissait que la pluie ne soit pas au rendez-vous lors de l’inauguration de cette nouvelle édition de MOMENTA.

Plusieurs visiteurs et membres de la communauté artistique étaient rassemblés, un verre de vin à la main, sous les tentes installées pour l’occasion.

L’événement se déroulait à côté d’une des installations de la biennale, Soutiens de la vie, des artistes T’uy’t’tanat-Cease Wyss, Silverbear et Joce TwoCrows Mashkikii Bimosewin Tremblay. L’œuvre prend la forme d’un jardin où poussent des plantes indigènes aux vertus médicinales, utilitaires ou cérémonielles.

Ces plantations résonnent particulièrement avec le thème de cette année, Quand la nature ressent.

«C’était particulièrement important d’aborder les problèmes environnementaux et sociaux actuels», explique la commissaire invitée Stefanie Hessler. Pour elle, le terme ressentir induit une double interprétation : celle de l’humain sensible à la nature et vice versa.

«C’est une clé de considérer la nature comme une énergie active, avec sa propre organisation. Nous voulions la laisser parler», ajoute-t-elle.

Le thème semble avoir touché les artistes, puisque MOMENTA a reçu environ 400 soumissions de projets.

Variété de médiums

Depuis plus de 30 ans, MOMENTA présente des créations aux médiums diversifiés. «On expose des œuvres, que cela soit des installations, des vidéos, de la sculpture, qui mettent de l’avant l’image», précise la directrice générale de la biennale, Audrey Genois.

Cette 17édition ne rompt pas avec cette tradition, puisqu’une variété de médiums est présente dans les musées et galeries de la ville. Au Musée des beaux-arts de Montréal, l’artiste Anne Duk Hee Jordan propose, avec Intimité de l’inconnu, des installations numériques sur la connexion entre plusieurs formes de vie comme les papillons, les bactéries et les champignons.

Au Musée McCord, l’artiste Caroline Monnet et la musicienne Laura Ortman dévoilent une série d’échanges épistolaires entre Montréal et New York, qui propose des réflexions sur le territoire qui sépare ces deux villes. L’exposition Partition exquise mélange photographie, extraits sonores et extraits musicaux.

MOMENTA a également mis en place un parcours interactif en réalité augmentée, Cristaux liquides. Onze artistes se sont réunis pour créer des œuvres qui prennent la forme de filtres apparaissant à différents endroits de Montréal.

Pour accéder au parcours interactif, il faut visiter le site web de MOMENTA/Cristaux liquides, sélectionner une œuvre et l’ouvrir avec Facebook ou Instagram. Même si les œuvres ont été créées pour des lieux spécifiques, elles peuvent être vues n’importe où.

Plusieurs performances présentées en ligne sont aussi au programme, comme celles des artistes Léuli Eshrāghi, Tejal Shah, Kama La Mackerel et Lara Kramer, qui sera accompagnée du critique d’art James Oscar.

Articles récents du même sujet