Soutenez

L’ouverture d’une SQDC à Outremont risque de ne pas avoir lieu

Photo: Archives,Métro

La nouvelle succursale de la Société québécoise du cannabis (SQDC) à Outremont n’a pas encore ouvert ses portes qu’elle fait déjà parler d’elle. Plusieurs citoyens de l’arrondissement se sont mobilisés contre son ouverture, et une pétition a été déposée lors du conseil d’arrondissement du 13 décembre dernier, ce qui a amené les membres du conseil à adopter un nouveau projet de réglementation visant à encadrer davantage la vente de cannabis à Outremont.  

«Ma première préoccupation, c’est celle de la santé publique», indiquait le résident d’Outremont, Stéphane Goyette, venu déposer lors du conseil d’arrondissement une pétition de 1561 signatures contre l’installation de cette succursale.

Ce dernier expliquait l’inquiétude des citoyens quant à la proximité entre ce nouveau local, qui se situe au 1371 avenue Van Horne, et des garderies, CPE, écoles primaires collèges et universités, ainsi que la station de métro Outremont.

Il mentionnait une certaine appréhension des résidents quant à l’impact que pourrait avoir cette proximité sur la consommation de cannabis chez les jeunes.

L’achalandage que provoquerait l’ouverture d’une nouvelle SQDC, et le risque pour la sécurité publique étaient aussi évoqués.

Une seconde pétition des parents du collège Stanislas a aussi été lancée. Elle rassemble à ce jour presque 1500 signatures.

Pour l’instant, la location du bail était dans les règles actuellement en vigueur, puisque cette succursale se trouvait à plus de 150 mètres d’une école, comme le veut l’article 33 de la Loi encadrant le cannabis.

«Nous avons suivi un processus complet, qui est le même pour chaque nouvelle succursale», explique le porte-parole de la SQDC, Fabrice Giguère. Pour pouvoir ouvrir un nouveau local, la société avait avisé l’arrondissement, et assuré des échanges avec les représentants d’Outremont, avant de chercher un endroit conforme à la Loi encadrant le cannabis.

«Bien que ce commerce-là, compte tenu du règlement de zonage actuel, peut s’installer, selon nous, il viole l’esprit de la Loi sur le cannabis», soutient Stéphane Goyette.

Les municipalités peuvent toutefois prévoir d’autres normes relatives à la vente de cannabis sur leur territoire. Pendant le conseil d’arrondissement, le maire d’Outremont, Laurent Desbois, s’est dit sensible aux préoccupations des citoyens, ce qui a amené les membres du conseil à adopter un nouveau projet de règlement de zonage de la vente de cannabis dans l’arrondissement.

Ce projet prévoit un nouveau zonage, qui empêche cette fois la vente de cannabis à moins de 150 mètres d’une zone communautaire et institutionnelle, ce qui rendrait compliqué l’ouverture d’une SQDC sur l’avenue Van Horne. Il devrait être mis en place aux environs du mois de mars 2022 si toutes les procédures fonctionnent comme prévu.

Ce processus a pour l’instant mis en suspens la demande de permis déposée la semaine dernière par la SQDC. «La SQDC est sensible aux préoccupations des citoyens. C’est pourquoi elle travaille de concert avec les municipalités pour établir les emplacements de ses succursales, dans une perspective de bon voisinage», précise de son côté Fabrice Giguère, qui ajoute que la SQDC se conformera à la décision adoptée par l’arrondissement.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine un résumé de l’actualité d’Outremont – Mont-Royal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.