Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Bientôt un travailleur de rue à la Résidence Bellerive

Un travailleur de rue interviendra auprès des locataires de la maison de chambre. Photo: Archives/Métro Média

Un travailleur de rue accompagnera bientôt les personnes en situation de vulnérabilité et à risque d’itinérance qui habitent la Résidence Bellerive, une maison de chambres de Pointe-aux-Trembles.

L’établissement situé sur la rue Notre-Dame Est est une ancienne résidence pour personnes âgées qui s’est reconvertie sans autorisation en maison de chambres au printemps 2020. Récemment, l’arrondissement a entamé des démarches judiciaires pour forcer la fermeture des lieux.

Plusieurs de ses résidents sont en situation de vulnérabilité, voire à risque d’itinérance. Le nouveau travailleur de rue aura notamment le mandat de leur venir en aide dans leur milieu par l’écoute, le référencement et l’intervention.

Les personnes qui vivent dans la résidence ont besoin d’accompagnement pour «les aider à contrôler leur consommation, à sentir qu’ils sont en sécurité ou trouver un logement», soutient la directrice de Prévention Pointe-de-l’Île, Johanne Daigle.

Les services du travailleur de rue s’ajouteront à ceux offerts par la cellule de crise formée à l’été 2021 par les organismes Prévention Pointe de l’île, Infologis et l’Anonyme. Ceux-ci interviennent notamment afin d’assurer une cohabitation plus harmonieuse dans le quartier.

L’arrondissement de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Tremble a adopté une résolution afin d’accorder un soutien financier de près de 30 000 $ à ce projet.

Des besoins d’intervention auprès des adultes

Soulignant que le secteur de Pointe-aux-Trembles n’a pas de travailleur de rue pour les adultes de plus de 25 ans, Johanne Daigle dit souhaiter que cette initiative soit suivie par d’autres projets du même genre. 

«On commence avec la résidence Bellerive parce que c’est une situation de crise qui a déclenché une mobilisation, mais on considère qu’il y a des besoins émergents grandissants par rapport à la clientèle adulte à risque d’itinérance.»

L’embauche du travailleur de rue à la résidence Bellerive est financée grâce aux contributions de l’arrondissement RDP-PAT, le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal et le gouvernement du Québec.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivant partout.

Articles récents du même sujet