Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

«Autisme à l’œuvre»: l’art de l’inclusion

Sylvie Lauzon, Lucila Guerrero, Paul Couture. Photo: Coralie Hodgson/Métro Média

Le premier festival Autisme à l’œuvre met en lumière six artistes autistes québécois qui souhaitent déstigmatiser leur réalité. L’objectif? Favoriser les échanges, encourager l’inclusion et améliorer la visibilité des créateurs.

«Pendant longtemps, l’autisme a été présenté comme une tragédie. Mais ce qui nous fait souffrir pour la plupart, c’est le regard des autres, de se sentir exclu», raconte Lucila Guerrero, photographe et auteure d’origine péruvienne. Cofondatrice de l’OBNL Aut’Créatifs, l’artiste engagée milite depuis des années pour l’acceptation de la neurodiversité.

Elle est l’une des artistes qui participent au festival Autisme à l’œuvre, présenté à la Maison de la Culture de Pointe-aux-Trembles et organisé par le Réseau pour transformer les soins en autisme (RTSA).

Cette exposition d’art en techniques mixtes a d’abord pris la forme d’une exposition virtuelle interactive réunissant plus d’une vingtaine d’artistes autistes.

«On a proposé à ceux qui avaient l’intérêt à venir exposer en vrai. Six d’entre eux se sont portés candidats, et c’est magnifique », explique Sylvie Lauzon, cogestionnaire du comité de l’engagement communautaire pour le RTSA.

Dans sa série de photos Aimer dans l’imbroglio, Lucila Guerrero illustre l’amour du point de vue de personnes autistes, une façon de déconstruire l’idée qu’elles n’ont «pas d’émotion».

«Oui, on peut ressentir de l’amour. Mais c’est plus que ça. Il y a l’amour qu’on ne reçoit pas de la société, l’amour qui manque quand on se sent rejeté. »

Militer pour sa différence

Paul Couture, sculpteur et auteur, est né en 1952, à une époque où on associait l’autisme à «des gens enfermés dans un asile».

L’artiste a canalisé sa créativité et évoque des éléments de son parcours difficile dans plus d’une vingtaine d’œuvres en métal. Ces pièces symboliques ont été fabriquées au début des années 2000, utilisant la machinerie d’une usine de recyclage où il était machiniste.

Il expose quatre œuvres, regroupées sous la thématique du pouvoir : Difforme, Conforme, Batailleur et Absolu évoquent notamment les idéaux inatteignables, l’imperfection et le désir d’ascension sociale.

N’ayant plus accès aux installations de l’usine, l’artiste a créé plus d’une centaine de portes-poèmes au cours des dernières années. Il se dévoue maintenant à l’écriture, et a notamment écrit un roman de science-fiction.

M. Couture souhaiterait par ailleurs que le festival contribue à «enlever l’idée générale qu’on peut normaliser les personnes autistes.» «On peut être très utiles dans la société, mais il faut nous accepter comme on est».

Le festival Autisme à l’œuvre se tient jusqu’au 9 janvier à la Maison de la Culture de Pointe-aux-Trembles. Des écrits des exposants et des livres sur l’autisme sont également disponibles à la Bibliothèque de Pointe-aux-Trembles.

Le Réseau pour Transformer les Soins en Autisme

Le RTSA est un réseau de recherche qui rassemble des acteurs de la recherche en autisme à travers le Québec. Son objectif est d’améliorer la qualité de vie des personnes autistes et leur famille en accélérant les découvertes scientifiques, augmentant la capacité en recherche et intégrant les connaissances dans les pratiques et les politiques.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet