Soutenez

RDP-PAT appuiera le projet de la SDA «jusqu’au bout»

Le Vieux-Pointe-aux-Trembles. Photo: Facebook, ACPVPAT

Un registre référendaire concernant des projets de règlement nécessaires à la mise en œuvre du projet de revitalisation du Vieux-Pointe-aux-Trembles de la Société de développement Angus (SDA) aura lieu le 26 septembre. La mairesse Caroline Bourgeois assure que l’Arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, qui appuie le projet, ira «jusqu’au bout» si le nombre de signatures requis pour tenir un référendum est atteint.

Annoncé pour la première fois en 2020 puis présenté au public en juin dernier, le projet de revitalisation du Vieux-Pointe-aux-Trembles mené par la Société de développement Angus est prévu pour 2024.

La SDA projette de construire deux grands immeubles mixtes résidentiels et commerciaux de part et d’autre de la rue Notre-Dame Est, entre le boulevard Saint-Jean-Baptiste et la rue Sainte-Anne, de même qu’un immeuble résidentiel sur la rue Sainte-Anne.

Le conseil d’arrondissement a adopté le 6 septembre deux projets de règlement qui permettraient entre autres que le nombre maximal d’étages permis pour les immeubles situés dans le périmètre du projet passent de trois à six.

«On ne peut pas faire autrement que six étages, [sinon] le projet ne sera pas rentable», indiquait à Métro, en août, le directeur de projets de la SDA, Stéphane Ricci.

Or, des résidents du secteur s’opposent à ces dérogations et ont déposé une demande de registre référendaire au mois de juillet.

Lors de la séance du conseil du 6 septembre, l’Arrondissement a confirmé que le nombre de signatures requis ayant été atteint, un registre sera tenu. Les citoyens des zones concernées pourront ainsi demander un référendum sur les projets de règlement, le 26 septembre.

Un avis public détaillant la procédure du registre devrait être publié le 14 septembre, dans le Métro Montréal-Est–Pointe-aux-Trembles. Les résultats du registre seront rendus publics lors de la séance du conseil d’arrondissement du 4 octobre.

«Jusqu’au bout»

Questionnée par Métro pour savoir si l’Arrondissement ira de l’avant avec un référendum si le nombre de signatures requis au registre est atteint ou s’il laissera tomber les projets de règlement, la mairesse Caroline Bourgeois a assuré que l’administration locale va aller «jusqu’au bout» du processus.

«Je vais bien sûr respecter la suite des choses. Mais […] c’est le genre de projet qui ne revient pas chaque année. Il y a beaucoup de travail qui s’est fait, et on va poursuivre pour que ce projet se réalise et se bonifie.»

Questionnée pour savoir si elle a confiance que le projet se réalise dans le contexte actuel, la mairesse n’a pas voulu «présumer» de la chose, mais a semblé positive.

«Encore ce soir, c’est assez représentatif de beaucoup de citoyens qui communiquent avec nous et veulent que le projet se fasse. Il y a des personnes qui ont des craintes qui sont très légitimes, et on va continuer à y répondre.»

Lors de la séance du conseil du 6 septembre, de nombreux citoyens et représentants d’organismes locaux s’étaient en effet déplacés pour témoigner de leur appui au projet. L’Atelier d’histoire de la Pointe-aux-Trembles, le Théâtre de l’Œil ouvert, l’Association des commerçants et professionnels du Vieux-Pointe-aux-Trembles, la Caisse populaire Desjardins de Pointe-aux-Trembles et la CDC de la Pointe étaient du nombre.

Doutes et oppositions au projet

Quelques citoyens présents à la séance du conseil étaient pour leur part plus inquiets face au projet.

Un citoyen a entre autres souligné ses craintes de voir les enjeux de stationnement empirer dans le secteur avec la venue du projet. Une résidente a par exemple demandé de rendre disponibles sur le site de l’arrondissement tant les études de circulation que l’avis du Conseil du patrimoine de Montréal et du Comité Jacques-Viger, qui ont émis en mai plusieurs recommandations concernant le projet.

La mairesse a reconnu que le stationnement «va être un enjeu majeur» et «réel» et que l’Arrondissement travaille avec l’Agence de mobilité durable pour l’optimiser. Elle a rappelé que des éléments du projet tels que l’intégration architecturale peuvent encore être travaillés. Stéphane Ricci, de la SDA, a pour sa part invité les citoyens ayant des inquiétudes par rapport au projet à aller le voir.

L’association Amis et propriétaire de maisons anciennes du Québec (APMAQ), qui «accorde sa collaboration et son expertise aux personnes habilitées à voter lors d’un scrutin référendaire», a pour sa part réitéré ses inquiétudes concernant notamment le patrimoine bâti, par voie de communiqué.

«Le projet proposé dans le Vieux-Pointe-aux-Trembles est un exemple flagrant du manque de sensibilité des interventions urbaines en milieu patrimonial observées partout au Québec. […] Ces milieux exceptionnels ne peuvent être réduits à une rentabilité à court terme», dénonce Noémi Nadeau, directrice de l’APMAQ.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Pointe-aux-trembles & Montréal-Est.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.