Rivière-des-Prairies
12:34 23 juillet 2020 | mise à jour le: 23 juillet 2020 à 17:06 temps de lecture: 4 minutes

Un projet de parc inclusif qui suscite de l’espoir

Un projet de parc inclusif qui suscite de l’espoir
Photo: Anouk Lebel/Métro MédiaJoanie Prévost et sa mère, Marie-Claude Sénécal.

Si tout se déroule comme prévu, le parc Saint-Joseph, en construction à Rivière-des-Prairies, sera le premier parc au Québec à inclure une salle d’hygiène adaptée aux personnes handicapées. Une avancée qui va au-delà des attentes de l’instigatrice du projet.

Marie-Claude Sénécal habite tout près du parc depuis près de 20 ans. Elle s’y rend presque tous les jours avec ses deux filles et ce, depuis qu’elles sont toutes petites. Joanie, qui est aujourd’hui âgée de 19 ans, est handicapée et affectée par une maladie génétique rare qui a causé une hémorragie cérébrale à la naissance.

«Quand on venait au parc, la grande sœur de Joanie pouvait jouer au parc avec ses amis, mais elle, elle ne pouvait pas jouer», raconte Mme Sénécal.

Il y a quelques années, elle a proposé un projet d’aire de jeu inclusive à l’ancienne mairesse Chantal Rouleau. Le dossier a, par la suite, été repris par l’administration de Caroline Bourgeois et les travaux ont commencé ce printemps.

«Ce parc-là a été pensé pour tout le monde, pas seulement pour les jeunes enfants, mais aussi pour les adultes avec une déficience intellectuelle.» – Marie-Claude Sénécal, mère de Joanie Prévost

Une première au Québec

L’Étoile de Pacho, un organisme à but non lucratif regroupant des parents d’enfants handicapés, agit à titre de principal consultant sur ce projet.

La directrice et fondatrice de l’organisme Nathalie Richard attend la fin de la construction avant de crier victoire, mais elle souligne que l’arrondissement a tenu compte de la plupart des recommandations, dont la construction de la fameuse salle d’hygiène, l’élément lui tenant le plus à cœur.

Ce type d’installation, qui permet de changer la couche d’adultes avec un handicap, est extrêmement coûteux à construire. Pas étonnant qu’on les compte sur les doigts d’une main à Montréal et pas beaucoup plus dans l’ensemble du Québec. Il y’en a à l’Hôpital Saint-Justine et à l’aéroport de Montréal, mais dans un parc, c’est du jamais vu.

Marie-Claude Sénécal explique que cela fera toute la différence pour les parents ayant des enfants comme Joanie. «Ce n’est pas comme un petit bébé, tu ne peux pas changer sa couche sous un arbre en te cachant avec une couverture, c’est une femme.»

Une aire de jeu pour tous

Il existe quelques parcs avec des structures accessibles à Montréal, entre autres le parc Wilson, à Verdun. Mais aucun ne va aussi loin que ce qui est prévu au parc Saint-Joseph, selon Mme Richard.

«L’ensemble du parc a été pensé pour que tout le monde puisse se déplacer facilement, que la personne soit mobile ou non», explique-t-elle. Elle souligne que souvent, il y’a une forme de séparation: seulement une section du parc est accessible aux personnes handicapées et elles ne peuvent pas aller ailleurs.

Le nombre de places de stationnements pour personnes à mobilité réduite prévu est aussi impressionnant, selon elle.
L’espace de 1450 mètres carrés comprendra aussi une butte qui permettra la glisse ou la grimpe, plusieurs types de balançoires, des jeux d’eau, de même qu’une surface de jeu texturée permettant l’accès aux fauteuils roulants.

Les travaux représentent un investissement de 2 millions de dollars. Si tout va comme prévu, ils seront terminés au mois de novembre.

Articles similaires